VIDÉO - Que le député José Evrard ait été communiste serait "peut-être l'explication" de sa "trahison", selon Marine Le Pen

Publié à 09h59, le 28 novembre 2017 , Modifié à 09h59, le 28 novembre 2017

VIDÉO - Que le député José Evrard ait été communiste serait "peut-être l'explication" de sa "trahison", selon Marine Le Pen
Marine Le Pen. © Capture écran BFMTV
Image Loïc Le Clerc


En politique, quand on divorce, ça se passe rarement par consentement mutuel. Lundi 27 novembre, Florian Philippot annonçait fièrement le débauchage du député frontiste José Evrard dans son mouvement Les Patriotes. Et devinez quoi : Marine Le Pen n'aime pas.

Invitée de BFMTV / RMC, ce mardi 28 novembre, la présidente du Front national déclare à ce propos :



C'est le Black Friday de la politique, le grand jour de soldes des convictions. C'est une trahison. Je suis désolée mais même dans le nouveau monde, faire de la trahison une vertu, pas chez nous ! Voilà !

Un passage isolé par BFMTV à voir ci-dessous :





Mais ce qui intéresse Jean-Jacques Bourdin ce mardi matin, c'est de savoir en quoi le transfert de José Evrard du FN vers Les Patriotes est une "trahison". Le journaliste tend alors une perche : "Voilà un homme qui a été communiste très longtemps…"

Réponse de Marine Le Pen :



C'est peut-être là l'explication. Peut-être qu'il a été séduit par l'alignement des positions de Florian Philippot sur celles de Jean-Luc Mélenchon, avec qui il a expliqué qu'il souhaitait travailler. [...] Je suis triste vis-à-vis des ouvriers, des chômeurs, qui ont déposé des jours pour faire sa campagne.

Il est vrai que José Evrard est un ancien membre du Parti communiste. Un parcours vanté par Florian Philippot, lequel déclarait le jour du débauchage : "Il s'est toujours battu contre les injustices. Il avait rejoint le Front national sur cette ligne contre les injustices".

Ce mardi, Florian Philippot a visiblement suivi l'interview de son ex-présidente. Il tweete :



Quel mépris pour Jose Evrard chez Marine Le Pen. Un homme de convictions, lui. Des yeux doivent s’ouvrir






Avec ce départ de José Evrard, le FN perd donc un de ses députés. Résultat : les frontistes ne sont plus que sept à siéger au Palais Bourbon.



[BONUS TRACK]

"Black Friday", "grand jour de soldes", décidément les politiques ne ratent aucune actualité pour enrichir leur vocabulaire. A l'instar de Marine Le Pen ce mardi 28 novembre, hier, lundi, le socialiste François Kalfon a utilisé la même métaphore pour illustrer l'entrée du député Olivier Dussopt au gouvernement. Il déclarait sur Sud Radio :

C’était le Black Friday et les grandes soldes ce week-end, donc on a soldé monsieur Dussopt à son triste sort. Emmanuel Macron pratique en France une sorte de vente à la découpe. En général, les produits vendus pendant le Black Friday sont des produits de seconde main.

#

Du rab sur le Lab

PlusPlus