[VIDEO] Religion et origines : Ménard catégorise les enfants de Béziers en fonction de leur prénom

Publié à 08h44, le 05 mai 2015 , Modifié à 18h47, le 06 mai 2015

[VIDEO] Religion et origines : Ménard catégorise les enfants de Béziers en fonction de leur prénom
Capture d'écran via France 2
Image


    SI VOUS VOUS APPELEZ MOHAMMED ... - On connaissait Robert Ménard le sherif. On connaissait aussi Robert Ménard le fan de mots croisés un peu spéciaux. On sait désormais qu'il fiche les enfants en fonction de leurs prénoms pour créer des statistiques ethniques, pratique encore interdite en France. 

    Invité sur le plateau de Mots Croisés le 4 mai, le fondateur de Reporters sans frontières s'est laissé aller à une confession. Pendant le débat, il évoque des chiffres concernant l'origine et la religion des enfants de sa commune. Selon lui, il y aurait 64,6% d'enfants musulmans dans sa ville.

    Puis, interpellé par certains tweets relayés à l'écran sur l'origine de ces chiffres, Robert Ménard le concède : oui, il a fiché les enfants de Béziers même s'il n'a "pas le droit de le faire". Interrogé sur le mode de calcul de ces chiffres, il explique :

    Ah mais, écoutez, moi ces chiffres, ce sont ceux de ma mairie. Pardon de vous dire que le maire, il a, classe par classe, les noms des enfants. Je sais que je n'ai pas le droit de le faire. 

    Puis, lorsqu'un participant au débat lui affirme que "les noms ne sont pas confessions", il évoque "une évidence". Il dit :

    Pardon de vous dire que les prénoms disent les confessions. On ne va pas nier l'évidence. Si vous vous appelez Mohammed, c'est que vous êtes...

    Coupé par le brouhaha ambiant, Robert Ménard ne peut terminer sa phrase. 

    Une intervention à ci-dessous, isolé par France TV Info :









    Après son intervention sur France 2, Robert Ménard était invité sur BFM TV le 5 mai pour réagir à ces propos. Insistant sur sa volonté "d'aider les enfants" de sa commune,  il se justifie en prônant "l'intégration". Il développe :

    Je vous invite à venir dans ma ville. Vous verrez à une sortie d'école ce que c'est et comment sont composés les enfants. Vous me parlez d'intégration, d'assimilation. Quand, dans des écoles, vous avez plus de 80 %, presque 100% d'enfants qui sont d'origine musulmane, maghrébine, vous n'intégrez plus personne.

    Au passage, Robert Ménard assimile totalement origines et confessions. Mais contrairement à la veille, il récuse l'idée d'une liste tout en avançant un chiffre équivalent à 64,6 %. Il dit :

    On n'établit aucune liste. On essaye de savoir ce qu'il en est pour pouvoir peser sur l'école. Je vous dis que les deux tiers des enfants qui fréquentent les écoles publiques en maternelle et en primaire, les seules qui relèvent de la mairie, sont des enfants qui sont issus de l'immigration. Et je trouve que c'est trop. Vous voulez que je vous le dise : C'est trop parce qu'on n'assimilera personne.

    En fin de matinée du 5 mai, la mairie de Béziers a publié un communiqué sur Facebook pour affirmer que la mairie "ne constitue pas et n'a jamais constitué de fichiers des enfants scolarisés dans les écoles publiques de la ville". La justification est la suivante :

    La mairie de Béziers ne constitue pas et n'a jamais constitué de fichiers des enfants scolarisés dans les écoles publiques de la ville. Le voudrait-elle qu'elle n'en a d'ailleurs pas les moyens. Il ne peut donc exister aucun « fichage » des enfants, musulmans ou non.

    Le seul fichier existant à notre connaissance recensant les élèves des écoles publiques de la ville est celui de l’Éducation nationale. C'est donc à elle, et elle seule, de rendre publique cette liste. Elle ne le fera certainement pas au prétexte de motifs juridiques.

    Malgré ces justifications, le parquet de Béziers a décidé d'ouvrir une enquête préliminaire pour "fichage illégal", selon les informations de RTL.

    [EDIT 09h35] Ajout des déclarations de Robert Ménard à BFM TV

    [EDIT 12h00] Ajout du post Facebook de la mairie de Béziers et ouverture d'une enquête

    Du rab sur le Lab

    PlusPlus