VIDEO - Standing ovation après la question d’un député MoDem descendant d’esclave sur les ventes aux enchères de migrants en Libye

Publié à 16h25, le 21 novembre 2017 , Modifié à 16h37, le 21 novembre 2017

VIDEO - Standing ovation après la question d’un député MoDem descendant d’esclave sur les ventes aux enchères de migrants en Libye
© Captures d'écrans lcp
Image Aurélie Marcireau


Les images ont choqué le monde entier. Celles d'une vente aux enchères de migrants en Libye. Ce 21 novembre, les élus français ont voulu interpeller le gouvernement sur son action pour lutter contre « cette tragédie ». Pas moins de 5 questions posées lors des questions au gouvernement par des députés Constructifs, LREM, Insoumis, Nouvelle gauche et MoDem. C’est la parole de ce dernier qui a le plus porté, entraînant une standing ovation. Il a évoqué ses ancêtres esclaves pour interpeller sur ce "passé qui ne passe pas". Voilà ce qu’a déclaré Max Mathiasin, député apparenté MoDem de Guadeloupe  :

Cette question s’adresse à toute la représentation nationale, à la France, pays des droits de l’homme, aux femmes et aux hommes aujourd’hui mais aussi et à la postérité.

 Sur la planète, il y a des passés qui ne passent pas. J’ai connu ma grand-mère. Ma grand-mère m’a raconté son grand-père. Il est né en Afrique en homme libre. Il a été capturé et vendu. Il est arrivé en Guadeloupe en esclave. Il est mort après l’abolition de l’esclavage et cela se passait en colonie française. D’aucuns pensent que la traite d’êtres humains et l’esclavage ont disparu au 19è siècle mais il n’en est rien.

Aujourd’ hui en Libye, des migrants africains en route vers l’Europe sont vendus aux enchères comme esclaves par des trafiquants. C’est cette tragédie que vient de révéler au monde la chaîne américaine CNN dans un reportage qui glace le sang. Alors pour moi comme pour beaucoup de nos compatriotes des Outre-mer et de l’hexagone, c’est une réalité. Une réalité qui fait partie de ma mémoire, de notre mémoire, de ma vie, de notre vie, de la culture qui  nous façonne  tous.  

Il demande au Premier ministre comment la France compte intervenir. La fin de son intervention est saluée par une large standing ovation.

A voir ici capté par LCP



Lors de cette séance, plusieurs élus ont demandé au gouvernement quelle action il entendait mener face à ce drame. Eric Coquerel (LFi) a dénoncé également que la seule réaction du Président ait été un tweet. Il a souligné également la responsabilité de la France dans le chaos qui règne en Libye.





La ministre des Affaires européennes, Nathalie Loiseau  a de son côté, cinq fois donc, dénoncé "une abomination" expliquant que les autorités françaises faisaient "en sorte de chercher les demandeurs d’asile avant qu’ils aient à traverser ce calvaire qu’est devenue la Libye". 



Du rab sur le Lab

PlusPlus