VIDÉOS - La Maison-Blanche coupe la traduction de François Hollande quand il parle de "terrorisme islamiste"

Publié à 21h03, le 01 avril 2016 , Modifié à 09h29, le 03 avril 2016

VIDÉOS - La Maison-Blanche coupe la traduction de François Hollande quand il parle de "terrorisme islamiste"
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

S'agit-il d'un problème technique ou d'une vraie volonté de censure ? La Maison-Blanche ne le dira sûrement pas. Mais c'est tout de même un drôle d'instant qu'a vécu François Hollande, jeudi 31 mars, à Washington, même si le chef de l'État français ne s'en est probablement pas rendu compte.

À l'issue du sommet sur la sécurité nucléaire, le président Barack Obama et son homologue français ont fait une déclaration commune, évoquant notamment Daech. Le ton était sérieux, engagé, volontaire. Mais, comme l'a relevé le Media Research Center, un groupe conservateur américain de surveillance des médias, les propos du président français n'ont pas été traduits pendant plusieurs secondes. Et cette coupure est survenue juste après qu'il a prononcé les mots de "terrorisme islamiste".

François Hollande a dit :

"

Nous sommes conscients que la source du terrorisme islamiste, elle est en Syrie et elle est en Irak. Et nous devons agir en Irak et en Syrie. C'est ce que nous faisons dans le cadre de la coalition. Et nous constatons que Daech est en recul grâce aux frappes que nous avons pu mener dans le cadre de cette coalition.

 

"

À voir ci-dessous en vidéo  (à partir de 3'25") :



Cette vidéo est celle diffusée par la présidence de la République. Du côté américain, le rendu est *un tout petit peu* différent.

Jugez plutôt avec cette vidéo diffusée par La Maison-Blanche (à partir de 4'50") :



Plusieurs phrases prononcées par François Hollande n'ont donc pas été traduites, et notamment cette fameuse expression de "terrorisme islamiste" : "...terrorisme islamiste, elle est en Syrie et elle est en Irak. Et nous devons agir en Irak et en Syrie. C'est ce que nous faisons dans le cadre de la coalition".

À noter que ces phrases figurent bien, en revanche, dans le compte-rendu écrit de la Maison-Blanche.


Cette coupure de traduction pourrait donc être un simple problème technique. Sauf que, comme le souligne le conservateur Media Research Center, Barack Obama a plusieurs fois été critiqué pour avoir refusé de parler de "terrorisme islamiste".

En février 2015, un mois après les attentats de Charlie Hebdo et de l'Hyper Cacher, Slate avait d'ailleurs écrit un article expliquant pourquoi Barack Obama ne dit pas "islam radical", "islamiste" ou "djihadiste".

Barack Obama lui-même s'était expliqué sur son refus d'employer ses termes. "Je pense qu'il est important de prendre en compte le fait que l'immense majorité des musulmans rejette cette idéologie", avait-il dit sur CNN.

Mais la nécessité, pour les États-Unis, d'avoir le soutien de pays dits "musulmans radicaux" comme l'Arabie saoudite, pourrait également expliquer ce choix terminologique, avait souligné Slate, citant un article de Bloomberg View... Et aussi cette coupure somme toute assez pratique. 

 

[EDIT 03/04] La polémique ayant enflé aux États-Unis, la Maison-Blanche a publié une deuxième version de la vidéo avec le passage en question traduit. La présidence américaine explique la coupure en parlant d'un "problème technique".  

 

https://www.youtube.com/watch?v=YoW61vwDG6w

Du rab sur le Lab

PlusPlus