VIDÉOS - Le député UDI Meyer Habib hurle à l'Assemblée son opposition à la position de la France sur Jérusalem

Publié à 16h24, le 12 décembre 2017 , Modifié à 10h47, le 26 décembre 2017

VIDÉOS - Le député UDI Meyer Habib hurle à l'Assemblée son opposition à la position de la France sur Jérusalem
Meyer Habib, député UDI
Image Loïc Le Clerc


#QAG - À l'Assemblée nationale, lorsqu'un député pose une question au gouvernement, il vient à l'un des micros disposés un peu partout dans les travées. C'est ce qu'a fait Hugues Renson, député LREM de la 13ème circonscription de Paris, ce mardi 12 décembre. Ce dernier interpelle le Premier ministre au sujet de Jérusalem.

En effet, le 6 décembre, Donald Trump a reconnu Jérusalem comme la capitale de l'État d'Israël, provoquant un séisme en matière de relations internationales et d'équilibres géopolitiques.

Sauf que, quelques sièges tout à côté d'Hugues Renson, Meyer Habib, député UDI, écoute attentivement. Et quand on n'est pas loin d'un micro, chaque commentaire prend une autre dimension. Le député des Français de l'étranger a partagé avec l'ensemble de l'Assemblée son avis.

Voici la scène :

- Hugues Renson : Le président de la République a depuis exprimé la désapprobation de la France, qualifiant cette initiative de contraire au droit international et de dangereuse pour la paix.

- Meyer Habib : Mais non, mais non.

- Hugues Renson : En effet, cette décision américaine ravive les antagonismes, elle suscite une nouvelle flambée de violence, elle déstabilise une région toute entière.

- Meyer Habib : Elle est historique !

[...]

- Hugues Renson : La continuité de ce message de la France, c'est notre fierté collective sur tous les bancs de cet hémicycle.

- Meyer Habib : Non.

Un moment isolé par le Lab à voir ci-dessous :



On devine à son attitude qu'Hugues Renson entend nettement chacun de ces mots. Il finit sa question. De son côté, Meyer Habib se contente de faire non de la tête et de souffler ostensiblement.

Puis vient la réponse d'Edouard Philippe. Le Premier ministre ne fait qu'une chose : rappeler la position diplomatique qui est celle de la France depuis des décennies :

Il n'y a qu'une solution, celle des deux Etats, Israël et la Palestine, vivant côte à côte dans la paix, dans des frontières reconnues et assurées, avec Jérusalem pour capitale des deux Etats.

Réaction immédiate de Meyer Habib :

Jamais !


Pour revoir toute la séquence, ça se passe juste ci-dessous :



Quelques minutes plus tard, c'est le député socialiste Alain David qui pose une question au gouvernement, exactement sur le même sujet : Jérusalem et la décision américaine. Meyer Habib ne peut plus retenir son mécontentement. Le brouhaha se fait plus pressant, on entend même un "Meyer Habib dehors".

Puis, le député UDI explose. Cette fois-ci, il est trop loin d'un micro ouvert pour qu'on entende ce qu'il dit, mais son camarade de groupe, Philippe Vigier, intervient, lui posant sa main sur l'épaule, comme pour le ramener au calme. Échec. Un instant capté par les caméras de LCP :





Lorsque le secrétaire d'Etat chargé des relations avec le Parlement Christophe Castaner répond au député socialiste, Meyer Habib s'agace encore.

La reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël par Donald Trump a marqué une rupture avec des décennies de diplomatie américaine. Une manœuvre également dénoncée dans la foulée par de nombreux dirigeants politiques dont Emmanuel Macron. Depuis Alger, où il se rendait pour la première fois en tant que Président, le chef de l'État français a fustigé "une décision regrettable, que la France n'approuve pas et qui contrevient au droit international et aux résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU". Déjà, à ce moment-là, Meyer Habib avait tweeté : "De l'audace, monsieur le Président, reconnaissez Jérusalem capitale d'Israël !"

Du rab sur le Lab

PlusPlus