A peine nommée ministre, Ségolène Royal déjà trollée par Olivier Falorni

Publié à 17h45, le 02 avril 2014 , Modifié à 17h49, le 02 avril 2014

A peine nommée ministre, Ségolène Royal déjà trollée par Olivier Falorni
Maxppp

Olivier Falorni et Ségolène Royal s'aiment comme le sparadrap et le capitaine Haddock. Aussitôt nommée par François Hollande et Manuel Valls ministre de l'Ecologie, la présidente de la région Poitou-Charentes a vu Olivier Falorni lui voler dans les plumes. La première fois volontairement, la deuxième à son insu.

Le député de La Rochelle s'étonne d'abord auprès de France Bleu Poitou-Charentes de la nomination de celle qu'il a battue aux législatives de 2012 :

Olivier Falorni est celui qui a battu Ségolène Royal en juin 2012 lors des élections législatives, surfant sur son statut d'élu du coin, alors que Ségolène Royal venait d'une autre circonscription du département. 

Olivier Falorni a par ailleurs été piégé par "l'humoriste" Gérald Dahan (oui, oui, encore lui). Ce dernier a appelé le député divers gauche en se faisant passer pour Manuel Valls, et lui a proposé un poste de secrétaire d'Etat à la famille sous la tutelle de sa meilleure ennemie. Ce à quoi Olivier Falorni a répondu la chose suivante :

Si Ségolène est à l'Education, ça sera ingérable... [...]


J'y suis prêt mais je ne veux pas vivre un enfer. Je suis loyal, je respecte la hiérarchie, mais je ne veux pas me faire humilier. Je ne l'accepterai pas. Je ne veux pas vivre un calvaire et être le paillasson de Ségolène 

D'abord publiée sur sa page Facebook, Gérald Dahan a ensuite supprimé sa vidéo, précisant qu'il l'a plus ou moins donnée au Petit Journal, émission de Canal Plus dont il sera l'invité le 3 avril.

Du rab sur le Lab

PlusPlus