Avant son discours de politique générale, les députés PS mettent la pression sur Manuel Valls

Publié à 09h44, le 04 avril 2014 , Modifié à 09h46, le 04 avril 2014

Avant son discours de politique générale, les députés PS mettent la pression sur Manuel Valls
Jean-Marc Germain à l'Assemblée nationale. © Maxppp.

Plus d’une cinquantaine de députés socialistes apprête à signer un texte demandant au gouvernement "un nouveau contrat de majorité". Parmi les signataires, des élus de l'aile gauche du PS ainsi que de nombreux partisans de Martine Aubry. Dont Jean-Marc Germain, son ancien directeur de cabinet et Monsieur Hidalgo à la ville.

Invité de France Info, ce vendredi 4 avril, le député PS des Hauts-de-Seine a expliqué la démarche. "On n’est pas dans une logique de confrontation, mais d’organisation", assure-t-il tout en insistant sur le fait que "beaucoup d’amis" les ont rejoint puisqu’ils sont "65 parlementaires qui se sont réunis sur un contrat de majorité".

Et bientôt plus, assure-t-il encore :

Le PS, c’est nous, et on est 65, on sera sans doute 100 à la fin de la journée.

Jean-Marc Germain livre par ailleurs son analyse de la défaite du PS aux municipales. Et de ses conséquences.

Nous considérons que le vote des 23 et 30 mars donne un rôle nouveau au Parlement. Ce n’est plus le gouvernement décide et le Parlement exécute, c’est le Parlement qui doit pleinement voter la loi.

Déplorant que, depuis le début de la législature, "notre vote a été automatique jusqu’ici", ce proche de la maire de Lille souhaite que "ce ne soit plus le cas". Finie donc l’idée d’un groupe socialiste godillot et qui vote les textes "le doigt sur la couture du pantalon", selon l'expression consacrée.

S'il précise que le vote de confiance des députés socialistes "ne se décrète pas" mais se "construit", Jean-Marc Germain désire également que cette frange rebelle du groupe PS s’allie, à l’Assemblée nationale, avec les députés écologistes. Un groupe EELV créé grâce à l’accord électoral avec le PS, négocié avant les législatives de 2012 avec… Martine Aubry.

Du rab sur le Lab

PlusPlus