Bruno Le Roux répond à Nicolas Sarkozy : "la réalité, c'est l'UMPFN"

Publié à 21h11, le 02 mars 2015 , Modifié à 22h10, le 02 mars 2015

Bruno Le Roux répond à Nicolas Sarkozy : "la réalité, c'est l'UMPFN"
Bruno Le Roux © Captures d'écran iTÉLÉ

À quelques semaines du premier tour des départementales, les enquêtes d'opinion ne sont pas très optimistes pour le Parti socialiste. Et c'est un euphémisme. En revanche, à en croire les mêmes sondages, le Front national, lui, a le vent en poupe avant ces mêmes élections.

Forcément, les forces de gauche se malmènent pour rameuter les électeurs, à l'image de Bruno Le Roux ce lundi 2 mars sur iTÉLÉ, et donc à taper sur les adversaires. 

Revenant sur l'expression "FNPS" utilisée par Nicolas Sarkozy, il a déclaré :

Ça m'énerve parce que c'est un fantasme. Le fantasme de l'UMP, c'est de voir le FNPS. Le fantasme du FN, c'est de voir l'UMPS. La réalité, c'est l'UMPFN. Voilà, s'il veut être dans les formules, c'est la seule qui ait une réalité. 

Voilà pour l'adversaire UMP.

Le patron des députés PS n'a pas ménagé ses efforts non plus pour que les départementales ne se transforment pas en vote sanction contre le gouvernement. Et pour ce faire, il a défendu le bilan de l'exécutif, faisant les questions et les réponses - ce qui est plus pratique. Il a dit :

Je demande aux Français de regarder simplement la réalité de notre pays. Est-ce que les choses s'améliorent pour eux ? Ils en doutent encore. Est-ce que les choses s'améliorent pour le pays ? Oui, déjà. Les chiffres de la croissance sont meilleurs que ceux que nous avons connus, sont conformes à ceux que nous avions annoncés. Le chômage est en train de se stabiliser, de baisser pour les jeunes. Trop peu rapidement bien entendu, trop peu rapidement pour les Français mais les éléments s'améliorent donc il faut persévérer.

Voilà pourquoi Bruno Le Roux appelle les électeurs à ne pas faire le choix de la droite. Pour le président du groupe PS à l'Assemblée, le FN à la tête d'un département serait synonyme de "déclassement". "Ce serait des départements montrés du doigt. Ce serait des départements avec des politiques profondément inégalitaires", a-t-il jugé. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus