Dans le 5e arrondissement, les proches d'Anne Hidalgo disent déjà au revoir à NKM

Publié à 20h56, le 27 mars 2014 , Modifié à 20h59, le 27 mars 2014

Dans le 5e arrondissement, les proches d'Anne Hidalgo disent déjà au revoir à NKM
Maxppp.

Dernier meeting, derniers discours, dernières promesses. Au gymnase Poliveau ce 27 mars, Anne Hidalgo et ses soutiens se sont réunis afin de jeter leurs dernières forces dans cette longue campagne parisienne. 

Malgré un score inférieur aux espérances dimanche dernier, tout le monde au gymnase Poliveau se montre confiant. Bien sûr, Anne Hidalgo se garde bien de vendre la peau de l'ours avant d'avoir tué NKM. "La victoire n'est pas encore là", prévient-elle dans son discours. Mais elle passe de longues minutes à remercier sa famille politique, en guise de conclusion. Et dresse le bilan de l'alliance de second tour conclue avec les écologistes :

 

"

Si nous n'avions pas eu cet accord du premier tour, nous ne serions pas là aujourd'hui avec ce même enthousiasme. Les Parisiens nous en auraient sans doute voulu de ne pas s'être rassemblés.

"

"On est un peu crevés", reconnaît Anne Hidalgo, qui blague sur les valises sous les yeux des membres de l'équipe. Jean-Bernard Bros, patron des radicaux de gauche parisienne, blaguera lui, et en tribune, sur les "trois valises" de NKM avec lesquelles elle fera son voyage de retour à Longjumeau :

"

La valise des emplois fictifs, la valise des faux électeurs, et la valise de ses promesses abandonnées.

Repartez à Longjumeau, n'oubliez pas vos valises, repartez à Longjumeau, et ne revenez jamais à Paris !

"

NKM a-t-elle encore une chance d'emporter la mairie de Paris ? "Faible", selon Rémi Féraud, co-directeur de campagne d'Anne Hidalgo. En off, certains se font beaucoup plus confiants: c'est déjà gagné pour Anne Hidalgo.

Un très proche de la candidate socialiste se réjouit d'ailleurs de ce sondage de dernière minute qui donne NKM battue de très loin dans le 14e arrondissement dimanche prochain :

"

NKM va voir ce qu'est l'insurrection démocratique qu'elle saluait dimanche soir. Elle va se la reprendre en pleine face, son insurrection démocratique.

"

Pendant ce temps-là, Nathalie Kosciusko-Morizet concluait sa campagne dans le 14e arrondissement. Le Figaro publie alors une interview de la candidate UMP dans laquelle elle attaque, encore une fois :

"

Moi, je ne vends pas la peau de l'ours, cela fait une sacrée différence avec mon adversaire. À gauche, ils en sont à se partager les postes.

"

Du rab sur le Lab

PlusPlus