Pour réinventer l'UMP, Nicolas Sarkozy compte se servir de son million "d'amis sur Facebook"

Publié à 16h32, le 22 juin 2014 , Modifié à 16h35, le 22 juin 2014

Pour réinventer l'UMP, Nicolas Sarkozy compte se servir de son million "d'amis sur Facebook"
Reuters

Nicolas Sarkozy et ses "amis" sur Facebook, c'est une très, très longue histoire d'amour. C'est d'abord uniquement à eux qu'il s'est adressé ces derniers mois, alors qu'il était inquiété par la justice, ou lors du rejet de ses comptes de campagne. C'est ensuite à eux qu'il a souhaité joyeux Noël fin 2013.

Cette fois, Nicolas Sarkozy compte se servir de ses "amis" sur Facebook pour réinventer l'UMP, dont il compterait prendre la présidence à l'automne prochain. Dans le JDD, l'ancien président assure qu'il se servira de ses "fans" sur Facebook pour réinventer le parti. Voilà ce qu'écrit le journal, citant Nicolas Sarkozy :

Il veut un nouveau parti avec un 'fonctionnement décentralisé', une ouverture à la société civile et aux réseaux sociaux. 'J'ai un million d'amis sur Facebook et je compte bien m'en servir'.

Précision utile pour Nicolas Sarkozy, qui sait bien que la politique, ça coûte de l'argent :

En plus, ça coûte zéro centime.

Sa page Facebook compte en effet près d'un million d'inscrits, mais que Nicolas Sarkozy reste vigilant. Le nouvel algorithme du réseau social mène désormais la vie dure aux publications commerciales, en ne rendant visibles leurs publications qu'à un faible pourcentage d'inscrits. Et plus les pages sont "likées", plus les performances sont faibles. Pour améliorer ses scores de "reaching", l'ancien président va devoir mettre la main à la poche via des "posts sponsorisés". Et donc payer. 

Ce n'est pas la première fois que Nicolas Sarkozy est imprécis concernant Facebook. En avril dernier, il s'était félicité d'avoir récolté "deux millions de j'aime" à propos de sa tribune publiée dans Le Figaro, à la veille des élections municipales. Selon les calculs du Lab à l'époque, l'ancien président n'avaient en vérité récolté "que" 150 000 interactions.

Du rab sur le Lab

PlusPlus