Thierry Mandon moque "la stratégie chochotte" de Nicolas Sarkozy

Publié à 12h48, le 06 août 2014 , Modifié à 12h52, le 06 août 2014

Thierry Mandon moque "la stratégie chochotte" de Nicolas Sarkozy
© Capture d'écran Twitter

Il a beau être secrétaire d’État à la Réforme de l'Etat et à la Simplification, Thierry Mandon a conservé certains réflexes de députés. Comme celui de tacler l’opposition sur le terrain de la petite phrase. Aussi, ce mercredi 6 août, il a clairement moqué Nicolas Sarkozy par l’intermédiaire d’un tweet disons, assez direct, repéré notamment par Le Scan du Figaro :

Après la stratégie chut-chut, la stratégie chochotte.

Une référence aux déclarations de l’ancien président dans Valeurs Actuelles. L’ex-chef de l’État, cité par l’hebdomadaire, assure ne pas avoir pris de décision concernant la présidence de l’UMP. Il n’en est pas moins très content de la tourne de la situation. "Que l'on parle de mon retour dans la vie politique, c'est déjà miraculeux en soi. Cela veut dire que cette idée du retour est inscrite dans les têtes et dans les esprits. À partir de ce moment-là, une très grande partie du chemin est faite", commente Nicolas Sarkozy.

Thierry Mandon n’est cependant pas le seul à réagir, à gauche, à cet énième caillou posé par l’ancien président. Le député PS du Cher et cofondateur de la Gauche forte Yann Galut juge cette intervention "pitoyable" :

Le même qualificatif a été utilisé par le député PS de Seine-et-Marne Eduardo Rihan Cypel, sur RTL :

Depuis deux ans, Nicolas Sarkozy nous joue un sketch, nous joue un sketch qui commence à devenir pitoyable. Je viens, je ne viens pas ; je veux, je ne veux pas...' C'est évident : Nicolas Sarkozy meurt d'envie de revenir, d'ailleurs il n'a pas besoin de revenir puisqu'il a toujours été là.

"Il a toujours été là". Au regard des deux dernières années de Nicolas Sarkozy, mis en timeline par Le Lab, on ne peut pas vraiment donner tort à Eduardo Rihan Cypel.

Quant au PS, il s’est fendu d’un communiqué où il fustige "les minauderies de Nicolas Sarkozy". Le parti ajoute :

Ce débat est dérisoire à l'aune des défis de la France, et délétère au regard de la crise de la droite.

Du rab sur le Lab

PlusPlus