VIDÉO – Nicolas Sarkozy moque l'état des forces à l'UMP : "il faut qu'on fasse avec ce qu'on a"

Publié à 15h02, le 22 février 2015 , Modifié à 15h07, le 22 février 2015

VIDÉO – Nicolas Sarkozy moque l'état des forces à l'UMP : "il faut qu'on fasse avec ce qu'on a"
Nicolas Sarkozy sortant d'Europe 1 © Captures d'écran Canal+

BRAS CASSÉS - À ceux qui critiquent l'action de Nicolas Sarkozy à la tête de l'UMP, le successeur de Jean-François Copé a un message : il aimerait bien vous y voir à sa place.

L'ancien chef de l'État a livré cette confidence jeudi 19 février, juste après son interview sur Europe 1. Nicolas Sarkozy a été interrogé devant la station de radio par Cyrille Eldin, le trublion du Petit Journal et du Supplément qui ne fait rien qu'à enquiquiner les hommes politiques mais que Nadine Morano adore. Au menu : l'état de l'opposition. Et le constat dressé par le président de l'UMP est pour le moins sévère.

Voici l'échange :

"

-          Cyrille Eldin : Il n'y a plus de gouvernement et plus de majorité mais est-ce qu'il y a encore une opposition ou est-ce qu'elle se reconstruit doucement ?



-          Nicolas Sarkozy : Euh… C'est vraiment sympa. Elle se reconstruit… doucement… oui ça c'est vrai.  



-          Cyrille Eldin : Avec la sagesse, on prend du temps mais vous il faut que vous fassiez vite…



-          Nicolas Sarkozy : Puis surtout il faut qu'on fasse avec ce qu'on a.

"

 Une séquence diffusée dans l'émission Le Supplément ce dimanche 23 février et à revoir ci-dessous :

 

Et paf. L'ancien chef de l'État égratigne à nouveau son propre camp. Lui qui ambitionne de rassembler un parti profondément divisé avec l'affaire Bygmalion n'en est pourtant pas à sa première sortie contre l'UMP.

En novembre, dans le livre des journalistes Nathalie Schuck et Frédéric Gerschel Ça reste entre nous, hein ? (Flammarion), on apprenait que Nicolas Sarkozy n'avait pas une super vision des forces en présence rue de Vaugirard. Il disait :

 

"

À l'UMP, tous des cons.

"

[BONUS TRACK] Macron avoue qu'il aurait bien cassé la gueule à tout le monde à l'Assemblée

L'opposition, ça va bien cinq minutes. Mais au bout d'un moment, Emmanuel Macron en un peu marre.

Dans la même séquence du Supplément, Cyrille Eldin interroge le ministre de l'Économie. En découle un échange où Emmanuel Macron laisse transparaitre son agacement vis-à-vis des opposant à sa loi.

Voici le dialogue :

"

-          Cyrille Eldin : Quand je vous ai vu vous mettre en colère dans l'hémicycle comme ça, j'avais envie de casser la gueule à tout le monde. Mais je ne peux pas dire ça parce que ça remet en cause ma partialité.



-          Emmanuel Macron : Moi aussi, comme vous l'avez vu. [rires] 

"

Du rab sur le Lab

PlusPlus