A deux jours des sénatoriales, les Constructifs créent leur groupe au Sénat

Publié à 12h05, le 22 septembre 2017 , Modifié à 15h56, le 26 décembre 2017

A deux jours des sénatoriales, les Constructifs créent leur groupe au Sénat
L'hémicycle du Sénat. © ERIC FEFERBERG / AFP

La droite et le centre sont dans un étau, entre un Laurent Wauquiez sur le point d'imposer sa ligne à la tête de Les Républicains et une majorité LREM/MoDem que rien ne saurait arrêter, à part elle-même.

Au milieu, fin juin, l'aile gauche de LR et l'UDI ont fusionné leurs 35 députés pour former le groupe "Les Constructifs : républicains, UDI, indépendants", groupe d'opposition, officiellement, même s'ils ne se sont opposés au gouvernement que trèèès rarement.

Les Constructifs ambitionnent de devenir un parti, mais d'ici là, il y a les élections sénatoriales dimanche 24 septembre. Pour faire front, un groupe Les Constructifs vient d'être mis sur pieds. Ils s'appelleront "République et territoires (Les indépendants)".

Comme le rapporte Le Monde, le 14 septembre, dix sénateurs LR ont déclaré à la Préfecture de police de Paris l’association à laquelle ce groupe sera rattaché. Parmi eux : Jérôme Bignon, Fabienne Keller, Alain Marc, François Commeinhes ou Claude Malhuret qui préside l'association et a vocation à devenir le président du groupe, écrit le quotidien.

Ne reste plus qu'à déposer au bureau du Sénat le nom du groupe, après les sénatoriales, et le tour est joué. Il faudra donc que les sénateurs LR dissidents et UDI soient au moins dix (le minimum pour former un groupe au Sénat), ce qui ne devrait pas être trop compliqué. Au Sénat actuel, l'UDI compte déjà 43 sénateurs.

Niveau positionnement politique, ces sénateurs constructifs qualifient leurs homologues de l'Assemblée de "trop favorables au gouvernement". Ils entendent être plus dans l'opposition que les députés. L'un d'entre eux explique au Monde :

 

Nous souhaitons la réussite de Macron et voterons tout ce qui nous paraît aller dans le bon sens. Mais nous ne serons ni des opposants systématiques, ni favorables de manière systématique.

Sans surprise, ils s'opposeront à la baisse des dotations aux collectivités et comptent voter pour Gérard Larcher au poste de président du Sénat.

La dernière étape de cette alliance politique entre LR et UDI sera la création d'un parti, ce qui est déjà en cours. Par contre, la réunification des radicaux valoisiens et des radicaux de gauche pourraient venir perturber ces projets.

Du rab sur le Lab

PlusPlus