Accueilli par des jets d’œufs et des casseroles au Pays basque, François Fillon dénonce un "comportement anti-démocratique"

Publié à 12h02, le 25 mars 2017 , Modifié à 16h48, le 26 mars 2017

Accueilli par des jets d’œufs et des casseroles au Pays basque, François Fillon dénonce un "comportement anti-démocratique"
© THOMAS SAMSON / AFP

Étrange stratégie de communication politique ce samedi 25 mars. En déplacement dans le Pays basque, François Fillon rencontrait des agriculteurs dans une exploitation qui produit du piment d'Espelette. À son arrivée, le candidat LR a été accueilli par des jets d’œufs et des casseroles, accompagnés de "Fillon en prison", comme l’ont rapporté plusieurs journalistes présents sur place.

En parallèle, les comptes Twitter pro-Fillon diffusaient des vidéos de leur champion déambulant sur un marché et prenant la pose pour des selfies. "Ce que vous ne verrez pas dans les médias", lisait-on en guise de légende.

Et pour cause : les journalistes n’ont pas été prévenus de cette étape et ont été envoyés directement auprès des manifestants devant l’exploitation. Difficile donc d’affirmer ensuite que les médias *cachent* tout accueil positif qui peut être fait au candidat. Mais la stratégie est revendiquée par François Fillon qui a pronostiqué :

 

Plus vous raconterez les manifestations, plus je monterai dans les sondages.

"C’est un comportement anti-démocratique", a dénoncé François Fillon à propos des manifestants. "Plus ils continuent, plus ils radicalisent les Français qui sont contre la confiscation de la vie démocratique", a-t-il regretté.

Autres signaux négatifs de ce déplacement relevés par Le Monde, un discours de "moins de trente minutes" vendredi à Biarritz, suscitant peu de "ferveur" parmi les 2.000 personnes présentes. Par ailleurs, "aucun élu de poids n’était présent aux côtés de monsieur Fillon à part le député de Haute-Savoie, Lionel Tardy", a constaté le quotidien du soir.



[EDIT 26/03]

À propos des manifestants qui l'ont accueilli avec des jets d’œufs et des casseroles, François Fillon a lancé, en petit comité, selon Le JDD :

 

Je les emmerde ! Ce sont des militants politiques d'extrême gauche.

Bonne ambiance.

Du rab sur le Lab

PlusPlus