Accusé de fraude fiscale, Thierry Solère attaque "le cabinet noir de l’Elysée"

Publié à 17h36, le 02 septembre 2016 , Modifié à 17h37, le 02 septembre 2016

Accusé de fraude fiscale, Thierry Solère attaque "le cabinet noir de l’Elysée"
Thierry Solère. © FRANCOIS GUILLOT / AFP

Sale histoire pour Thierry Solère, le monsieur Primaire de Les Républicains. Ce vendredi 2 septembre, le site Mediapart révèle qu’une plainte pour fraude fiscale a été déposée par Bercy contre le député LR, soutien de Bruno Le Maire.

Dans un texte transmis au Scan du Figaro, Thierry Solère se défend et contre-attaque en visant "le cabinet noir de l’Elysée". "J'ai été stupéfait de découvrir que le ministre Michel Sapin a engagé une plainte sur mon dossier fiscal le 8 juillet dernier", dit-il avant d’enfoncer le clou contre le Château :

Je suis la victime du cabinet noir de l'Elysée. La volonté est manifeste de me nuire et d'entacher le bon déroulement de la primaire. Je n'ai commis aucun délit fiscal. Je suis parfaitement à jour de tous mes impôts et la Haute autorité pour la transparence de la vie politique m'a donné quitus de ma déclaration en date du 2 juin 2015.

C’est donc "cabinet noir de l’Elysée, le retour". Il n’est pas le premier élu de droite à accuser l’Elysée depuis 2012. En juillet 2014, c’est Claude Guéant (battu par le "dissident"... Thierry Solère aux législatives de 2012) qui dénonçait l’existence d’une telle officine à l’Elysée version Hollande. "Les cabinets noirs ont toujours existé à l’Elysée", avait renchéri le député LR Claude Goasguen qui trouvait tout à fait "crédible" qu’un cabinet noir élyséen œuvre contre Nicolas Sarkozy.

Au Scan, Thierry Solère explique également avoir été visé par un contrôle fiscal après son élection à l’Assemblée nationale. "L’administration ne m’a évidemment pas appliqué la pénalité de 80% qui sanctionne la fraude fiscale", se défend-il.

Du rab sur le Lab

PlusPlus