Affaire Baupin : Noël Mamère évoque l’omerta qui existait à EELV

Publié à 10h01, le 09 mai 2016 , Modifié à 11h34, le 09 mai 2016

Affaire Baupin : Noël Mamère évoque l’omerta qui existait à EELV
Noël Mamère © AFP

Quatre élues écolos ont décidé de briser l’omerta et de témoigner contre des faits de harcèlement et d’agressions sexuelles visant le député ex-EELV Denis Baupin, révèlent Mediapart et France Inter ce lundi 9 mai. Une omerta évoquée ce lundi par deux anciens cadres du parti. Noël Mamère, invité de la matinale de BFM TV, espère tout d’abord que "ce n’est pas une pratique courante", évoquant "un sentiment de malaise, de honte, d’accablement".

Il explique l’omerta sur ce sujet par le fait qu’EELV est "un petit parti". Et de poursuivre, pour expliquer que ces témoignages ne sortent que maintenant pour des faits qui datent, en partie, d’avant 2012 :

Les écologistes ne sont pas épargnés par ce type de comportements. Ce que je constate c’est que toutes ces femmes qui ont été agressées sexuellement n’ont rien dit pendant longtemps. Peut-être parce que nous étions dans un parti relativement petit avec une forme d’entre soi ou il n’était pas question de le fragiliser. Je suis fier que les femmes, toutes membres d’EELV, se soient enfin décidées à parler.

Parallèlement, sur France Inter, l’ex-coprésident du groupe écolo à l’Assemblée nationale parti d’EELV François de Rugy est lui-aussi revenu sur cette Affaire Baupin. Des explications un peu brouillonnes qui illustrent l'omerta évoquée par Noël Mamère. Alors qu’il expliquait à Mediapart avoir été "saisi" par une collaboratrice pour "des propos équivoques", le député, "abasourdi parce que ce sont des accusations extrêmement graves qui sont portées", raconte comment l’histoire avait tout d’abord été enterrée en interne :

Denis Baupin est un ami politique, je le connais et je n'ai jamais eu à connaitre des faits de ce type sinon je les aurais condamnés. Si ces faits sont avérés, ils doivent bien sûr être condamnés. C'est à la justice d'établir la vérité des faits. Denis Baupin aura l'occasion de dire les choses, de s'exprimer et à ce moment-là, s'il doit y avoir des condamnations, elles seront à faire parce qu'on ne transige pas avec ces questions. (…) Un journaliste de France Inter m’a interrogé. Je lui ai dit les choses. Ça démontrait qu’il n’y avait pas eu de faits qui relevaient du harcèlement, simplement des propos un peu équivoques qui ont immédiatement cessés quand nous l’avons dit à Denis Baupin. Je ne suis ni dans le déni ni dans un lynchage qui serait fondé sur des accusations. La seule façon de dire le droit, la vérité des faits, c’est la justice.

Et François de Rugy de rappeler que Denis Baupin est présumé innocent. "C'est l'honneur d'un homme qui est en question parce que si jamais ces accusations ne sont pas justifiées, c'est également très grave".

Des élues écolos accusent Denis Baupin de harcèlement et d’agressions sexuels, révèlent ce lundi 9 mai Mediapart et France Inter qui ont recueilli, après plusieurs mois d’enquête des témoignages de femmes, sons à l’appui dénonçant les agissements supposés du député écolo de Paris, qui vient tout juste de quitter EELV.

A LIRE AUSSI SUR LE LAB :

> Des élues accusent le député Denis Baupin de harcèlement et d’agressions sexuelles  

> Affaire Baupin : Valérie Pécresse rappelle, sans le citer, Michel Sapin et les accusations portées à son encontre  

A LIRE AUSSI SUR EUROPE1.FR :

> Bruno Le Roux : Denis Baupin "doit donner des explications" 

Du rab sur le Lab

PlusPlus