Aidons "Des Paroles et des Actes" à trouver un débatteur à Nicolas Sarkozy

Publié à 09h28, le 04 février 2016 , Modifié à 12h33, le 04 février 2016

Aidons "Des Paroles et des Actes" à trouver un débatteur à Nicolas Sarkozy
© Montage via AFP

Ce devait être lui, l'envoyé spécial du gouvernement envoyé au front pour débattre avec Nicolas Sarkozy, ce jeudi 4 février, sur le plateau de Des Paroles et des Actes. Et puis finalement non. Jean-Marie Le Guen a décidé d'annuler sa participation à l'émission de France 2, comme cela avait été annoncé mercredi. Du coup, à quelques heures du direct, l'organisation du plateau se complique un peu. 

Nous avons donc décidé d'aider DPDA et de peser les "pour" et les "contre" de chaque contradicteur potentiel à l'ex-président.

 

  • François Hollande

Pourquoi c'est une bonne idée :)

Comme Nicolas Sarkozy, il est président de la République. Sauf que lui l'est toujours. Cela pourrait donner lieu à un débat de haute volée sur l'exercice du pouvoir entre les deux derniers chefs de l'État et aboutir à un affrontement de "moi, président" d'anthologie.

Pourquoi ça ne se fera pas :(

D'une, François Hollande a sans doute un calendrier *un peu* trop chargé pour venir débattre face à Nicolas Sarkozy un jeudi soir, à la télévision. De deux, l'affrontement entre les deux hommes aurait un air de déjà-vu estampillé 2012. De trois, François Hollande ne fera jamais aussi bien que lors de son premier "moi, président". Comme Aimé Jacquet, il vaut mieux rester sur un succès.

 

  • Manuel Valls

Pourquoi c’est une bonne idée :)

En tant que Premier ministre, c’est lui, Manuel Valls, le chef de la majorité. Un affrontement face à Nicolas Sarkozy serait donc l’occasion de le voir affronter celui qui, en tant que président de LR, est d'un point de vue protocolaire le chef de l’opposition.

Pourquoi ça ne se fera pas :(

En pleine réforme constitutionnelle et à quelques jours du dernier remaniement du quinquennat, il semble impossible de voir Manuel Valls descendre dans l’arène médiatique. Qui plus est pour affronter Nicolas Sarkozy alors que l’exécutif cherche l’union nationale, et les voix de la droite, pour faire passer sa réforme constitutionnelle.

 

  • Emmanuel Macron

Pourquoi c'est une bonne idée :)

Le ministre de l'Économie est le chouchou (des sondages, des Français, de François Hollande). Celui que certains voient progresser dans l'ordre protocolaire en cas de remaniement gouvernemental n'en finit plus de grimper. Affronter Nicolas Sarkozy, quelques mois après avoir débattu avec Florian Philippot sur le plateau de DPDA, pourrait lui permettre de se tester face à une personnalité politique de premier plan.

Pourquoi ça ne se fera pas :(

Emmanuel Macron a un peu tendance à énerver Manuel Valls en ce moment. Même François Hollande s'émeut des "polémiques inutiles" lancées par le ministre de l'Économie. De fait, Emmanuel Macron ne fera pas DPDA. Pourquoi ? "Parce qu'on lui interdit de l'ouvrir", explique à Marianne un membre de la rédaction de France 2.

 

  • Jean-Christophe Cambadélis

Pourquoi c’est une bonne idée :)

Il est le Premier secrétaire du Parti socialiste, ce qui équivaut, rue de Solférino, au titre honorifique de "président" du PS. Il serait alors logique que ce soit lui qui débatte avec le président du principal parti d’opposition, à savoir Les Républicains, dont le chef est donc Nicolas Sarkozy. Ce qui donnerait lieu à un bon vieux débat bien clivant entre LR et PS.

Pourquoi ça ne se fera pas :(

Parce que Nicolas Sarkozy ne le connaît pas. Ou fait mine de ne pas savoir qui est Jean-Christophe Cambadélis pour bien montrer que même s’ils sont tous deux chefs de parti, lui est quand même au-dessus, puisqu’ancien président. Alors le voir accepter de débattre face à cet "inconnu"…

 

  • Marine Le Pen

Pourquoi c'est une bonne idée :)

À l'instar de Jean-Christophe Cambadélis, Marine Le Pen est, en tant que présidente du FN, l'égale de Nicolas Sarkozy. Son parti, arrivé en tête dans six régions au premier tour des régionales, est qui, plus est, sur une forte dynamique. Et la cheffe frontiste est donnée en tête des intentions de vote au premier tour de la présidentielle 2017.

Pourquoi ça ne se fera pas :(

Marine Le Pen a clairement fait savoir qu'elle se ferait plus médiatiquement discrète en cette année 2016. Affronter Nicolas Sarkozy en prime time serait donc une entorse à cette promesse. D'autant que la présidente frontiste a un séminaire de son parti à préparer. Entre décider des nouvelles orientations de son mouvement et débattre avec l'ancien président, la cheffe du FN a certainement choisi.

Surtout, Marine Le Pen est un tout petit peu en froid avec France 2 et les équipes de Des Paroles et des Actes depuis qu'elle a décidé d'annuler au dernier moment sa participation à l'émission présentée par David Pujadas, en octobre 2015.

 

  • Alain Juppé

Pourquoi c'est une bonne idée :)

Comme l'ancien chef de l'État, l'ex-Premier ministre de Jacques Chirac ambitionne de gagner l'Élysée en 2017. Les deux hommes doivent même s'affronter, avec d'autres, à l'automne prochain, dans le cadre de la primaire de la droite et du centre (si Nicolas Sarkozy se présente, bien sûr). Un premier débat entre les deux favoris de ce scrutin lancerait officiellement la campagne 2017.

Pourquoi ça ne se fera pas :(

Difficile d'imaginer l'affrontement Sarkozy / Juppé débuter à plus de dix mois du premier tour de la primaire. D'autant que l'ancien président n'est toujours pas officiellement candidat.

 

  • Nadine Morano

Pourquoi c'est une bonne idée :)

Comme Alain Juppé, Nadine Morano veut se présenter à la primaire de la droite et du centre. Les arguments qui valent pour l'un sont donc aussi acceptables pour l'autre.

Le débat entre l'ancien chef de l'État et son ex-ministre risquerait cependant d'être encore plus animé. L'eurodéputée LR est très en colère contre Nicolas Sarkozy depuis que ce dernier a décidé, en octobre, de lui enlever son investiture pour les régionales. Nadine Morano payait ainsi ses propos sur le plateau de On n'est pas couchéoù elle expliquait que la France est "un pays de race blanche".

Pourquoi ça ne se fera pas :(

Le débat entre Nadine Morano et Nicolas Sarkozy n'aura pas lieu. Pas encore. Et pour les mêmes raisons qui font qu'Alain Juppé ne sera pas face à l'ancien président jeudi. La primaire est encore loin.

 

  • Cécile Duflot

Pourquoi c’est une bonne idée :)

Sortir des classiques débats LR/PS pourrait passer par un débat contre une autre personnalité de gauche. Une personnalité hostile à l’état d’urgence et à la déchéance de nationalité, contrairement à Nicolas Sarkozy, comme Cécile Duflot, ex-ministre et actuelle coprésidente du groupe écolo à l’Assemblée.

Pourquoi ça ne se fera pas :(

Parce que ça pourrait faire des jaloux. Pourquoi Cécile Duflot et pas Emmanuelle Cosse, la patronne d’EELV ? Et pourquoi pas les dissidents écolos pro-gouvernement que sont Jean-Vincent Placé, Barbara Pompili ou François de Rugy ? Trop compliqué.

 

  • Jean-Luc Mélenchon

Pourquoi c'est une bonne idée :)

D'un point de vue purement télévisuel, un tel débat sera assurément relevé. Que cela porte sur l'économie, la sécurité, la politique extérieur, la lutte contre le terrorisme, etc. On est sûr que ces deux-là ne seront d'accord sur rien. Ou presque.

Mais, entre ces deux hommes que tout oppose, on trouve cependant un point commun : une grande capacité à cerner son adversaire pour mieux l'entendre

Pourquoi ça ne se fera pas :(

Honnêtement, on a beau chercher, on ne voit vraiment pas pourquoi ce débat-là ne se ferait pas.

 

Mais aussi…

D'autres noms nous ont traversé l'esprit pour faire office de débatteur face à Nicolas Sarkozy : Michel Sapin, Bernard Tapie, Florian Philippot, Christiane Taubira, José Bové, Pierre Laurent, Bruno Le Roux, Stephane Le Foll, Olivier Besancenot, etc.  

 

[EDIT 11h20]

On n'avait pas forcément pensé à lui. Alors Nicolas Dupont-Aignan s'en charge tout seul. Ce jeudi, quelques heures avant l'émission de France 2, le président de Debout la France fait passer une offre de services sur Twitter, faisant ainsi savoir qu'il est totalement disponible dans la soirée pour débattre avec Nicolas Sarkozy, son homologue de Les Républicains. 

 

[EDIT 11h47] 

Selon une journaliste de L'Express, le Des Paroles et des Actes de ce jeudi 4 février avec Nicolas Sarkozy n'aura donc pas de débat.

Du rab sur le Lab

PlusPlus