Alain Juppé est persuadé qu’il en aurait "pris plein la gueule" s’il s’était auto-désigné Jupiter

Publié à 07h49, le 25 août 2017 , Modifié à 08h20, le 25 août 2017

Alain Juppé est persuadé qu’il en aurait "pris plein la gueule" s’il s’était auto-désigné Jupiter
© AFP

Après François Hollande et François Bayrou, c’est au tour d’Alain Juppé de juger les premiers mois du quinquennat Macron. Le maire LR de Bordeaux le fait ce vendredi 25 août dans un entretien à Sud Ouest, à l’occasion du lancement des journées des juppéistes dans la capitale girondine.

L’ancien Premier ministre tire un bilan "contrasté" de l’action du chef de l’État : d'un côté, une image de la France à l'international "améliorée incontestablement", de l'autre "un grand flou artistique sur le budget 2018". L’ex-candidat malheureux à la primaire de la droite reproche à Emmanuel Macron "beaucoup de communication avec la bienveillance des médias". Et en voici la preuve, selon lui :

Si j'avais dit : 'Je suis Jupiter', j'en aurai pris plein la gueule... Jupiter, c'est le roi des dieux. Mitterrand, s'était borné à être dieu.

Alain Juppé estime donc qu'Emmanuel Macron a bénéficié de la "bienveillance des médias" depuis son emménagement à  l'Élysée, tandis que d’autres – comme lui pendant la campagne – auraient subi un moins bon traitement. Ce à quoi ses détracteurs pourraient bien opposer la "juppémania" et le grand nombre de couvertures de journaux et magazines prédisant sa victoire...

#

Du rab sur le Lab

PlusPlus