Alain Juppé promet d'être "dans l'opposition" si Sens commun "dicte" la ligne d'un gouvernement Fillon

Publié à 18h22, le 18 avril 2017 , Modifié à 15h36, le 19 avril 2017

Alain Juppé promet d'être "dans l'opposition" si Sens commun "dicte" la ligne d'un gouvernement Fillon
François Fillon et Alain Juppé ne regardant pas toujours dans le même sens © AFP

SANS MOI - Nous sommes dans la dernière semaine avant le premier tour de l'élection présidentielle et, contrairement à l'image que voudrait donner la droite à ce moment décisif, son unité reste loin d'être totale. Il y a bien sûr la personne de François Fillon, ses affaires et les orientations de campagne qui en ont découlé. Il y a aussi des questions idéologiques profondes. Il y a encore le rapport à entretenir avec l'électorat le plus catholique. Et sur cette dernière question, pas de surprise, Alain Juppé reste très opposé à la ligne défendue par François Fillon.

On le sait : contrairement à d'autres à droite, le maire de Bordeaux n'est pas fan du tout de Sens commun. Afin de se démarquer de François Fillon dans l'entre-deux-tours de la primaire de la droite, fin 2016, Juppé s'était même dit "plus proche du pape François" que de ce mouvement issu de La Manif Pour Tous et rattaché à LR. À l'inverse, l'organisation catho a les faveurs du candidat de la droite, qui envisage aujourd'hui de nommer certains de ses membres au gouvernement en cas de victoire à la présidentielle. Auquel cas il ne faudra pas compter sur l'ex-Premier ministre de Jacques Chirac pour soutenir l'exécutif.

Cité par Le Canard Enchaîné mercredi 19 avril, Alain Juppé a ainsi prévenu devant "ses amis" :

Je ne soutiendrai pas un gouvernement dont la ligne serait dictée par Sens commun. C'est simple, je serai dans l'opposition.

Voilà qui devrait donner aux deux hommes matière à discussion, au cours de leur visite commune de l'école 42 de Xavier Niel, mercredi à Paris. Un déplacement censé permettre d'afficher une belle unité à quelques encablures du scrutin...

Alors certes, idel y a beaucoup de "si" dans cette hypothèse (il faudrait que François Fillon remporte la présidentielle puis qu'il nomme des membres de Sens commun), mais cette prise de position préventive reste notable. Elle est d'ailleurs en cohérence avec ce qu'Alain Juppé a toujours dit de ces militants issus de La Manif Pour Tous et, plus largement, sur "le noyau des militants et sympathisants LR [qui] s’est radicalisé" depuis la primaire.

Et ses soutiens sont aussi sur cette ligne. Depuis que François Fillon a indiqué qu'il n'était pas opposé à confier des responsabilités ministérielles à Sens commun, le juppéiste Dominique Bussereau et le lemairiste Arnaud Robinet s'en sont publiquement inquiétés :

Ce n'est en revanche pas le cas de Jean-Pierre Raffarin. L'ancien Premier ministre de Jacques Chirac, qui avait soutenu Alain Juppé pour la primaire, a au contraire expliqué en quoi Sens commun n'était pas si terrible que cela, déclarant ce mardi 18 avril :

Sens Commun a sa place dans la majorité de François Fillon. Mais ce n’est ni une secte, ni une diabolisation d’une organisation qui serait menaçante. La démocratie chrétienne fait partie de l’histoire du mouvement européen. 

[Edit 19 avril]Modification du titre qui était précédemment "Juppé promet d'être "dans l'opposition" si François Fillon fait entrer Sens commun au gouvernement".

Du rab sur le Lab

PlusPlus