Alain Juppé refuse de commenter la décision de François Hollande parce qu'il est "en cure"

Publié à 10h42, le 02 décembre 2016 , Modifié à 12h11, le 02 décembre 2016

Alain Juppé refuse de commenter la décision de François Hollande parce qu'il est "en cure"
Alain Juppé © AFP

I'M CHECKING IN – Tout le monde commente la décision de François Hollande de ne pas se présenter à l'élection présidentielle de 2017 – et donc de briguer un second mandat. Tout le monde, enfin presque. Alain Juppé, par exemple, n'a pas du tout envie qu'on le bassine avec cette histoire.

L'ancien Premier ministre de Jacques Chirac n'a plus tout à fait la pêche depuis qu'il a été battu à la primaire de la droite par l'ex-"collaborateur" de Nicolas Sarkozy, alias François Fillon. Le perdant du second tour est depuis retourné chez lui, à Bordeaux. Et il entend désormais se consacrer uniquement à ce qui relève de la politique locale.

Alain Juppé a donc gentiment envoyé se faire voir les journalistes qui, ce vendredi 2 décembre, l'interrogeaient sur le renoncement de François Hollande. Il leur a dit :

"

Je suis en cure [...] Au risque de décevoir les journalistes envoyés par leurs rédactions nationales, je ne ferai aucun commentaire sur ce pour quoi vous êtes venus.

 

"

Alors forcément, le "en cure" est une image. L'ancien Premier ministre n'est pas vraiment en train de manger des feuilles de salade sans sauce tout en se faisant recouvrir de boue par des mains habiles. Il est "en cure" médiatique et politique, au moins du point de vue national.

Alors au cas où certains n'auraient pas compris ses intentions, Alain Juppé a tenu à préciser, peu après, qu'il avait donc décidé de se retirer "de la vie politique nationale pour l'instant". "J'ai tourné la page de la politique nationale et je m'abstiendrai de tout commentaire, je suis passé à autre chose", a-t-il encore dit. Clair ? 

Si jamais cela n'était pas encore suffisamment limpide, Alain Juppé a posté, en fin de matinée, une photo de la "quiétude bordelaise"

[EDIT 12h07] Ajout tweet d'Alain Juppé

Du rab sur le Lab

PlusPlus