Alliances régionales EELV / Front de gauche : Jean-Vincent Placé menace de quitter son parti

Publié à 06h56, le 21 août 2015 , Modifié à 06h57, le 21 août 2015

Alliances régionales EELV / Front de gauche : Jean-Vincent Placé menace de quitter son parti
© AFP

Cette fois, il l'assure, la coupe est pleine. Particulièrement critique à l'égard de son mouvement depuis plusieurs mois, soutien affiché du gouvernement depuis ces mêmes mois, Jean-Vincent Placé menace dans Le Monde du 20 août de quitter EELV.

Le chef de file des sénateurs écolos ne supporte pas les alliances qui se profilent pour les régionales dans les régions Nord-Pas-de-Calais-Picardie et Provence-Alpes-Côte-d'Azur. Dans ces deux zones à fort risque FN, EELV finalise une alliance de premier tour avec le Front de gauche. Un vote doit avoir lieu dans la grande région Nord le 12 septembre pour valider cet accord, "un boulevard pour le FN" aux yeux du sénateur.

Jean-Vincent Placé avait déjà exprimé ses craintes dans une tribune à la veille des Journées d'été du parti, le 19 août. Ce vendredi, il brandit haut le risque de scission :

"

La scission qui pouvait se produire après les régionales va arriver de façon certaine après le 12 septembre si le parti persévère dans cette stratégie dans le Nord-Pas-de-Calais. Ce vote aura forcément un impact national et chacun prendra ses responsabilités.(...)



Tout ça va devenir ridicule et chacun va devoir choisir son camp. Moi, j'ai choisi le mien, je suis un fidèle soutien du président de la République.

"

Jean-Vincent Placé doit faire une courte apparition ce vendredi aux Journées d'été et entend pousser "un coup de gueule". Deux jours plus tôt, la députée Barbara Pompili - favorable elle-aussi à une participation des écolos au gouvernement - disait ne pas savoir si son parti échapperait au risque de la scission.

Si Jean-Vincent Placé se montre aujourd'hui ferme dans son soutien à la politique de François Hollande, cela n'a cependant pas toujours été le cas. Le sénateur était encore connu fin 2013 pour ses nombreuses claques distribuées au gouvernement, au point de promettre de se calmer. En septembre 2014, on pouvait également le voir aux côtés de Jean-Luc Mélenchon et des députés PS frondeurs à la Fête de l'Huma.



 

A LIRE AUSSI SUR LE LAB :

> Marisol Touraine sifflée aux Journées d'été d'EELV

> Jean-Vincent Placé envisage d'écrire un livre pour "bien manger et perdre du poids"

Du rab sur le Lab

PlusPlus