Anne Hidalgo annonce porter plainte en diffamation contre Capital, qui l'accuse d'avoir eu un emploi fictif

Publié à 17h12, le 25 octobre 2017 , Modifié à 13h59, le 26 décembre 2017

Anne Hidalgo annonce porter plainte en diffamation contre Capital, qui l'accuse d'avoir eu un emploi fictif
Anne Hidalgo, maire de Paris. © PATRICK KOVARIK / AFP

Il n'aura pas fallu trois heures à la mairie de Paris pour contre-attaquer. Peu avant 17h, Anne Hidalgo a fait savoir qu'elle allait porter plainte contre Capital. Le magazine publiait à 14h ce mercredi 25 octobre un article intitulé "Exclusif : les preuves qu’Anne Hidalgo avait un emploi fictif" et qui concerne la période 2001-2003.

Dans un communiqué, le cabinet de la maire de Paris s'en prend d'abord à l'auteur que cet article, "signé par Philippe Eliakim, un journaliste déjà condamné pour diffamation à l'encontre de Bertrand Delanoë, en avril 2013, après avoir accusé le maire de la capitale d'être 'pire que Chirac' en matière 'd'emplois fictifs'."

Le communiqué ajoute :

Anne Hidalgo, Maire de Paris, conteste avec la plus grande fermeté l’accusation d’emploi fictif qui est portée contre elle dans ce nouvel article. Face à cette atteinte grave à son honneur et à sa probité, elle annonce sa décision de déposer plainte pour diffamation.

Dans son article, Capital affirme qu'Anne Hidalgo a bénéficié d'un emploi fictif au ministère du Travail pendant vingt mois au début des années 2000, alors qu'elle était conseillère au cabinet de la ministre Marylise Lebranchu puis première adjointe de Bertrand Delanoë à la mairie de Paris. Elle aurait ainsi touché 80.000 euros.

Dans le communiqué de la mairie de Paris, il est précisé que "face aux accusations qui avaient été portées contre elle sur ce même sujet par un syndicaliste, le ministère du Travail et Anne Hidalgo avaient déjà fourni à la justice tous les éléments permettant de confirmer la légalité de sa situation", faisant référence à une décision du tribunal administratif ne donnant pas satisfaction au syndicat SUD.

Du rab sur le Lab

PlusPlus