Après les jeunes Chiliens avec Michèle Alliot-Marie, le nouveau fail de com' du camp MAM

Publié à 11h23, le 10 décembre 2016 , Modifié à 13h27, le 10 décembre 2016

Après les jeunes Chiliens avec Michèle Alliot-Marie, le nouveau fail de com' du camp MAM
© DR

La communication de Michèle Alliot-Marie pour sa campagne présidentielle est pour le moins iconoclaste. L'ancienne ministre de la Défense a par exemple fait l'un des plus longs teasing de l'histoire de la 5e République avec son "Et si c'était M ?" L'identité de ce mystérieux "M" a agité les rédactions pendant quelques heures, quelques jours, mais à force de trop attendre, tout le monde ou presque avait oublié ce slogan au moment de la révélation.

Les ennuis se poursuivent sur le site internet de la candidate à la présidentielle. Comme cela a déjà été raconté, le site internet de Michèle Alliot-Marie montrait une photo de jeunes la soutenant. Sauf que ces jeunes étaient des Chiliens…

L'image en question datait de 2015 et avait été prise lors de manifestations étudiantes.

Après les articles montrant cette erreur, le staff de MAM a immédiatement modifié l'illustration. Sauf que…

Sauf que la photo choisie pour remplacer celle des jeunes Chiliens n'est pas forcément plus adaptée. Comme la noté un journaliste du Figaro, les jeunes avec Michèle Alliot-Marie ont désormais de grandes chances d'être italiens.

L'image est disponible sur plusieurs banques d'images comme Shutterstock ou Fotolia.


br />

La photo fait partie d'une série présentant 4 étudiants vraiment très heureux de faire leurs devoirs. Et, surtout, elle a été prise en Italie par un photographe italien


On peut donc, sans trop se tromper, affirmer que ces quatre-là ne sont pas des jeunes avec Michèle Alliot-Marie. Personne ne le leur reprochera. Ces étudiants sont déjà bien occupés : ils font partie d'un programme de soutien scolaire en Suisse, d'une agence de voyage espagnole, d'un centre éducatif mexicain ou bien encore d'un concours allemand d'économie pour gagner jusqu'à 50.000 euros... 

 />

#

Du rab sur le Lab

PlusPlus