Attentat à Manchester : et là, le député LR Georges Fenech s’en prend à la loi sur la moralisation de la vie publique

Publié à 08h34, le 23 mai 2017 , Modifié à 12h17, le 23 mai 2017

Attentat à Manchester : et là, le député LR Georges Fenech s’en prend à la loi sur la moralisation de la vie publique
Georges Fenech. © AFP

Lundi 22 mai au soir, un attentat a eu lieu à Manchester au concert d’Ariana Grande, faisant – bilan provisoire – au moins 22 morts. Et au milieu des multiples messages d’hommage et de soutien de la classe politique, la récupération politicienne n’a pas tardé.

Spécialiste des questions de terrorisme, le député LR Georges Fenech a aussitôt dénoncé… la loi de la moralisation de la vie publique, premier texte que veut présenter Emmanuel Macron. Après avoir publié rapidement un communiqué sur le sujet invitant "le nouveau gouvernement d’Emmanuel Macron à ne pas se tromper de priorité", l’élu LR a poursuivi ce mardi 23 mai sur Franceinfo: :

Qu’est-ce qui est la priorité ? Est-ce que c’est de présenter une 13e loi de moralisation de la vie publique et de supprimer des emplois familiaux ou est-ce que le garde des Sceaux et le ministre de l’Intérieur ne doivent pas immédiatement mettre en œuvre les propositions qui étaient dans le programme d’Emmanuel Macron ? Nous avons aussi des propositions notamment au niveau des fichés S, expulser tous les étrangers radicalisés. Il y a des mesures urgentes à prendre et ne pas se tromper de priorité.

Georges Fenech en profite, à quelques semaines des élections législatives, pour rappeler les propositions de LR sur la lutte antiterroriste alors que les lois en la matière se sont multipliées depuis trente ans.

Mais adopter une nouvelle loi sur la moralisation de la vie publique n’empêche pas de lutter contre le terrorisme en parallèle.

Quelques heures plus tard, Georges Fenech s'est fendu d'un tweet pour se défendre de toute "récupération politicienne" :

Niveau polémique, Nadine Morano s’est aussi imposée dans le game. L’eurodéputée LR s’était étonnée, à "5h24", qu’il n’y ait "pas encore de réaction du Président Macron…". Chose faite peu après 8h. Dans un communiqué de l’Elysée, Emmanuel Macron a exprimé son "effroi" et sa "consternation" face à cet "attentat meurtrier". "Le Président de la République poursuivra avec le gouvernement et les forces britanniques le combat contre le terrorisme", a poursuivi la présidence.

Du rab sur le Lab

PlusPlus