Attentat de Nice : le député apparenté LR Jean-Frédéric Poisson votera contre la prorogation de l'état d'urgence

Publié à 17h30, le 17 juillet 2016 , Modifié à 17h34, le 17 juillet 2016

Attentat de Nice : le député apparenté LR Jean-Frédéric Poisson votera contre la prorogation de l'état d'urgence
Jean-Frédéric Poisson © AFP
Image Etienne Girard

Etienne Girard

François Hollande l'a annoncé immédiatement après l'attentat de Nice : une loi sur la prorogation de l'état d'urgence sera étudiée cette semaine à l'Assemblée nationale. Les parlementaires Les Républicains (LR) devraient se prononcer en faveur de cette prolongation, selon Le Parisiende ce dimanche 17 juillet.

Pour rappel, l'état d'urgence permet notamment d'assigner à résidence des personnes considérées comme dangereuses pour la sécurité publique ou d'effectuer des perquisitions de nuit. Le tout sous le contrôle a posteriori du juge. Un dispositif que la commission d'enquête parlementaire sur les attentats de 2015 a considéré comme efficace à court terme mais beaucoup moins au bout de plusieurs mois.

Plusieurs élus de droite se montrent pourtant plutôt circonspects à l'égard de l'état d'urgence. Le député Jean-Frédéric Poisson, président du Parti chrétien-démocrate et candidat à la primaire de la droite, votera ainsi contre le projet de loi. Il s'en explique au Parisien :

"

En deux mois d'application, nous avons constaté une baisse d'efficacité. Sa force réside dans sa brièveté et son caractère soudain. Passé l'effet de surprise, les surveillés se réorganisent. Donc imaginez au bout de huit mois ! A ma connaissance, il n'y a plus actuellement qu'une trentaine d'assignés à résidence et plus de perquisitions. On touche aux limites de la politique de l'émotion.

"

Le député LR Georges Fenech, président de la commission d'enquête sur les attentats de 2015, votera lui pour malgré quelques doutes sur le dispositif :

"

L'état d'urgence a un bilan mitigé et peu d'efficacité à long terme. C'est un vote faute de mieux.

"

Le même manque d'entrain se fait sentir du côté du président du Sénat Gérard Larcher, interviewé dans le JDD de ce 17 juillet. Il indique que la majorité sénatoriale votera la prorogation de l'état d'urgence, tout en la considérant insuffisante :

"

Par solidarité, par nécessité, oui, j’y suis favorable mais l’état d’urgence et l’unité nationale ne peuvent être les seules réponses à chaque fois qu’un attentat se produit. [...] La majorité sénatoriale y est prête, même si elle est lucide : évidemment que ça ne suffira pas !

"

Des élus de gauche ont également fait savoir qu'ils voteront contre la prolongation de l'état d'urgence. Parmi eux, le député ex-PS Pouria Amirshahi, qui s'était déjà opposé à la prolongation de l'état d'urgence. Il considère aujourd'hui dans le JDD de ce 17 juillet que "l'état d'urgence a démontré son inefficacité". Pour la même raison, les députés membres d'EELV devraient voter contre le dispositif, ce qu'explique le secrétaire national David Cormand au Parisien :

"

On aura eu un an d'état d'urgence et, hélas, cela n'aura pas permis d'empêcher le drame de Nice... 

"

Au lendemain de l'attentat de Nice, certains élus comme le député ex-PS Olivier Falorni ou le député LR Éric Ciotti s’étaient prononcé pour un état d'urgence permanent en France.

Du rab sur le Lab

PlusPlus