Attentat de Nice : pour Robert Ménard, la réserve opérationnelle est une copie de sa garde biterroise (interdite en justice)

Publié à 15h49, le 17 juillet 2016 , Modifié à 15h57, le 17 juillet 2016

Attentat de Nice : pour Robert Ménard, la réserve opérationnelle est une copie de sa garde biterroise (interdite en justice)
Robert Ménard © AFP
Image Etienne Girard

Etienne Girard

ET MA GARDE ?- Samedi 16 juillet, Bernard Cazeneuve a annoncé l'ouverture de la "réserve opérationnelle" à "tous les Français patriotes qui le souhaitent". Cette réserve, dont le déploiement a été décidé par François Hollande immédiatement après l'attentat de Nice, compte jusqu'à présent 12.000 volontaires. Il s'agit d'anciens militaires, policiers ou gendarmes, qui pourront notamment être affectés aux contrôles aux frontières, selon le président de la République.

Sut Twitter, le maire de Béziers Robert Ménard s'est immédiatement insurgé de cette annonce... en dressant un parallèle avec sa "garde biterroise" interdite par la justice :

 

Bernard Cazeneuve veut une réserve d'anciens gendarmes... Comme notre garde biterroise que l'État vient d'interdire. De qui se moque t-on ?

Souvenez-vous, c'était en janvier dernier : après une délibération du Conseil municipal biterrois, Robert Ménard avait annoncé la création d'une "garde" composée de volontaires, des anciens militaires, gendarmes, policiers ou pompiers. Ces hommes non-armés devaient patrouiller dans les rues de Béziers pour en assurer la sécurisation.

Ce projet, qualifié de "milice" par des opposants au maire proche du FN de Béziers, avait été immédiatement suspendu par le juge administratif. Il avait estimé que cette "garde" constituait une délégation illégale du service public de la police.

Aujourd'hui, Robert Ménard considère donc que l'État a recours au dispositif que la justice lui a interdit de mettre en place. La différence entre la garde biterroise et la réserve opérationnelle est toutefois réelle. Les réservistes opérationnels mobilisés par le gouvernement demeureront sous l'autorité de la hiérarchie policière ou militaire, quand Robert Ménard proposait de créer des patrouilles indépendantes de la police municipale. 

Rappelons enfin qu'en tant que maire, Robert Ménard n'a pas le pouvoir de créer une "réserve opérationnelle".  Il peut en revanche recruter de nouveaux agents au sein de la police municipale.

Du rab sur le Lab

PlusPlus