Au soir du premier tour, Benoît Hamon met l'écologie au premier plan

Publié à 22h13, le 22 janvier 2017 , Modifié à 22h37, le 22 janvier 2017

Au soir du premier tour, Benoît Hamon met l'écologie au premier plan
Benoît Hamon © Capture d'écran LCI

Il est le grand vainqueur du premier tour de la primaire : avec 36.12% des suffrages (chiffres donnés à 21h30), l'ancien ministre de l'Éducation nationale devance Manuel Valls (31.24%) et Arnaud Montebourg (17.69%).

C'est donc le regard tourné vers le deuxième tour que Benoît Hamon arrive, peu avant 21h30, ce dimanche 22 janvier. Après avoir salué les autres concurrents éliminés et félicité son futur adversaire du second tour, le n°1 du premier tour a donc repris le cours de sa campagne comme il l'avait interrompu. Enfin pas tout à fait.

Car si Benoît Hamon a beaucoup parlé du revenu universel durant la campagne du premier tour, c'est avec l'écologie qu'il a décidé d'entamer sa campagne du second tour. Il a dit :  

Tout au long de cette campagne, j'ai été à la rencontre des Français et je tire la conviction des échanges nombreux que j'ai eu avec vous, qu'il faut en finir les vieilles recettes, la vieille politique, ces vieilles solutions qui ne marchent plus.



Demain [lundi] dans plusieurs villes de France, il y a aura à nouveau un pic de pollution atmosphérique qui va mettre en danger la santé des Français les plus vulnérables et à commencer par les plus jeunes, les enfants.



Qui ne voit pas qu'il faut aujourd'hui impérativement changer de modèle de développement, placer la conversion écologique de notre économique en tête des politiques de notre pays, sauf à accepter, sauf à tolérer de laisser à nos enfants un monde qui va devenir de plus en plus invivable ?  

Et Benoît Hamon de rappeler qu'il veut sortir du diesel d'ici 2025, réduire la part de l'énergie nucléaire ou d'interdire les perturbateurs endocriniens.

Ce n'est donc qu'après avoir parlé de ces sujets, qu'après avoir promis de faire de la transition énergétique "une priorité absolue" que Benoît Hamon a abordé les thématiques sociales qui, a-t-il rappelé cependant, font aussi partie de ses priorités.

Faut-il y avoir un appel du pied à Yannick Jadot ? Peut-être, même si le candidat EELV à la présidentielle a déjà fait savoir qu'il ne rejoindrait pas Benoît Hamon. Mais à une semaine du second tour et alors qu'une alerte pollution est annoncée lundi pour Paris, Lyon et Villeurbanne notamment, la protection de l'environnement sera forcément l'un des grands sujets du second tour de la primaire.

Du rab sur le Lab

PlusPlus