Avant d'annoncer qu'il ne se représenterait pas en 2017, François Hollande a longuement vanté son bilan

Publié à 20h58, le 01 décembre 2016 , Modifié à 21h31, le 01 décembre 2016

Avant d'annoncer qu'il ne se représenterait pas en 2017, François Hollande a longuement vanté son bilan

Avant d'annoncer sa non-candidature, lors de son allocution du 1er décembre, François Hollande a d'abord longuement vanté son bilan, qu'il assume.

Les comptes publics rétablis :  

"

Aujourd’hui, au moment où je m’exprime, les comptes publics sont sains, la sécurité sociale à l’équilibre et la dette du pays a été préservée. J’ai voulu que notre modèle social soit conforté, car c’est notre bien commun. Je l’ai même élargi. 

"

La Cop 21 :  

"

Dans ce contexte, j’ai aussi voulu placer la France au premier rang de la lutte contre le réchauffement climatique. C’est à Paris que l’accord historique a pu être signé.

"

Le mariage pour tous :

"

J’ai fait avancer les libertés : le mariage a été ouvert à tous les couples, l’égalité entre les femmes et les hommes a été renforcée et la lutte contre les discriminations amplifiée.

"

Le chômage baisse (mais pas assez vite) : 

"

J’ai modernisé notre démocratie. Mais l’engagement majeur que j’avais pris devant vous, c’était de faire baisser le chômage. J'y ai consacré toute mon énergie, j’ai pris tous les risques : j’ai allégé les charges des entreprises, j’ai aidé les embauches.

"

La loi travail : 

"

J’ai également soutenu l’innovation et l’industrie de demain et j’ai pris la responsabilité de réformer le marché du travail.Les résultats arrivent. Plus tard que je ne les avais annoncés, j’en conviens, mais les résultats sont là. Depuis le début de l’année, le chômage a enfin diminué mais il reste à un niveau trop élevé.

"

Le respect des libertés face à la menace terroriste :  

"

Dans ces circonstances particulièrement éprouvantes, terribles, j’ai voulu que soit maintenue la cohésion nationale. Nous avons tenu. J’ai pris les mesures nécessaires sans mettre en cause nos libertés.   

"

Il n'est pas candidat mais son bilan est, selon lui, positif  : 

"

Voilà ce que j’ai fait, ce que j’assume devant vous en revendiquant les avancées, les retards et même en admettant certaines erreurs. Je porte un bilan.

"

L'erreur qu'il regrette, c'est le feuilleton de la déchéance de nationalité  : 

"

Je n’ai qu’un seul regret, d’avoir proposé la déchéance de nationalité. Je pensais qu’elle pouvait nous unir. Elle nous a divisés.  

"

Du rab sur le Lab

PlusPlus