Bartolone et sa "boussole" Ramadan : l'équipe du candidat PS saisit la commission des comptes de campagne après un tweet sponsorisé de Pécresse

Publié à 18h15, le 26 octobre 2015 , Modifié à 18h15, le 26 octobre 2015

Bartolone et sa "boussole" Ramadan : l'équipe du candidat PS saisit la commission des comptes de campagne après un tweet sponsorisé de Pécresse
Claude Bartolone et Valérie Pécresse © Montage via AFP

Dimanche 25 octobre, lors du Forum Radio J, Claude Bartolone s'est référé à propos de la montée du salafisme dans certains quartiers à une pensée du controversé Tariq Ramadan, spécialiste de l'islam et professeur à l’université d'Oxford. La tête de liste PS pour les régionales en Île-de-France a évoqué "une boussole qui [le] sert dans [son] engagement politique, celle issue de la pensée de Monsieur Ramadan".

À LIRE AUSSI SUR LE LAB >> Claude Bartolone et sa "boussole" Tariq Ramadan : qu'a vraiment dit le candidat en Ile-de-France ?

Ni une, ni deux, certains chez Les Républicains ont sauté sur l'occasion pour attaquer leur adversaire socialiste sur Twitter. Certains dont Valérie Pécresse. Et pour être bien sûre de se faire entendre,  la tête de liste LR en Île-de-France a sponsorisé l'un de ses messages. En résumé, elle a payé pour que son tweet remonte plus facilement dans la timeline de ses followers, comme le prouve cette capture d'écran réalisée par Metronews.

" alt="">

Le problème est, comme le souligne Metronews, que cette pratique est illégale durant les six mois précédant une élection.

Voici ce qu'il est écrit dans le memento du ministère de l'Intérieur concernant les régionales :

 

"

Il est interdit de recourir, à des fins de propagande électorale, à tout procédé́ de publicité́ commerciale par voie de presse ou par tout moyen de communication audiovisuelle dans les six mois précédant les six mois du premier jour du mois de l'élection, soit depuis le 1er juin 2015.

"

Oups.

L'équipe de Claude Bartolone s'est évidemment empressée de dénoncer cet achat d'audience. Le directeur de campagne, Luc Carvounas, a ainsi écrit à François Logerot, président de la commission nationale des comptes de campagne, pour porter à sa connaissance "une nouvelle entorse au Code électoral" de la part du camp Pécresse.

Évoquant "l'erreur individuelle" avancée par son adversaire LR comme excuse, il ajoute :

"

Depuis le début de cette campagne des régionales, cela fait deux fois que l’équipe de Valérie Pécresse, prise en flagrant délit d’infraction du code électoral, a recours à ce type de défense.

 

"
" alt="">

Contactée par le Lab, l'équipe de campagne de Valérie Pécresse parle d'une "petite erreur individuelle isolée" qui a été "très rapidement réparée". Pour preuve, "il n'y en avait même pas pour 80 euros" de sponsoring.  

On ajoute :

"

Nous n'avons jamais boosté le compte de Valérie Pécresse même hors campagne alors qu'on pouvait le faire. On n'a pas besoin de le faire car les audiences sont déjà très hautes. Que cette petite erreur soit relevée, certes, mais qu'elle soit à ce point instrumentalisée…

"

Début octobre, le PS avait accusé Valérie Pécresse de "graves irrégularités" dans sa campagne en Île-de-France. En cause, selon les équipes de Claude Bartolone, l'envoi par les équipes de la candidate LR de tracts aux mairies de droite dans le 77 (Seine-et-Marne) afin d'utiliser les canaux municipaux pour diffuser les documents de la candidate. Une pratique interdite par la loi.

 

 

 

 

À LIRE AUSSI SUR LE LAB :

> Le PS accuse Valérie Pécresse de "graves irrégularités" dans sa campagne en Île-de-France  

> [DOCUMENT LAB] Le document qui prouve, selon l'équipe de Bartolone, les "graves irrégularités" dans la campagne de Pécresse  

> L’équipe Pécresse demande que la conférence de presse de rentrée du président de l’Assemblée soit intégrée aux comptes de campagne du candidat Bartolone  

> Valérie Pécresse porte plainte contre X concernant les "graves irrégularités" de sa campagne pointées par le PS 

Du rab sur le Lab

PlusPlus