Benoît Hamon évoque de lui-même le potentiel ralliement de Manuel Valls à Emmanuel Macron

Publié à 07h20, le 27 mars 2017 , Modifié à 07h21, le 27 mars 2017

Benoît Hamon évoque de lui-même le potentiel ralliement de Manuel Valls à Emmanuel Macron
Benoît Hamon et Manuel Valls. © Montage le Lab via AFP

Si Manuel Valls ne fait pas la campagne de Benoît Hamon, et la critique même avec virulence, l’ancien Premier ministre de François Hollande n’a pas encore franchi le Rubicon. Il n’a pas (encore ?) appelé à voter pour Emmanuel Macron au premier tour de l’élection présidentielle. Le fera-t-il cette semaine alors qu’il réunit ses proches mardi à l’Assemblée nationale ? C’est la rumeur qui tourne et dont a fait état Benoît Hamon lui-même.

Invité du JT de France 2 dimanche26 mars, le candidat du PS a lancé un appel aux électeurs de gauche à ne pas "voter par défaut" et dénoncé les "coups de couteau dans le dos" plantés par des "caciques qui veulent rester au pouvoir" et avec qui "il n'aurait pas gouverné". Dans son viseur ? Jean-Yves Le Drian, notamment, mais aussi Manuel Valls. Il a ainsi ajouté :

"

On m'annoncerait même la semaine prochaine une mise à mort avec le ralliement de Manuel Valls à la candidature d'Emmanuel Macron. (…) C'est oublier une chose, ce ne sont pas eux qui m'ont donné vie, c'est un vote populaire.

"

Après avoir bien fait savoir qu’il ne parrainerait pas Benoît Hamon, Manuel Valls s’était fendu d’une tribune au vitriol dans le JDD pour critiquer le programme du vainqueur de la primaire tout en déniant les accusations en trahison. Benoît Hamon avait fait, lui, la leçon sur le thème de "la démocratie" et de "la parole donnée".

Mais alors que plusieurs proches de Manuel Valls estampillés "aile droite" du PS ont déjà rejoint Emmanuel Macron, l’un des lieutenants de l’ancien Premier ministre, Luc Carvounas, est quant à lui fidèle au candidat de la BAP et fait même partie de l’équipe de campagne de Benoît Hamon.

[BONUS TRACK] Royal ne ralliera pas Macron

Si Ségolène Royal a régulièrement dit du bien d’Emmanuel Macron et fait durer le suspense, elle ne le ralliera finalement pas. C’est ce qu’elle a annoncé, dimanche, en expliquant ne pas vouloir participer "au feuilleton des ralliements". Ce dont s’est réjoui Benoît Hamon même si la ministre de l’Environnement ne prend pas non plus fait et cause pour lui :

 

"

Je m'honore que Ségolène Royal ait dit aujourd'hui qu'elle ne participerait pas au feuilleton des ralliements.

"

Du rab sur le Lab

PlusPlus