Benoît Hamon s'indigne qu'on ne lui parle plus que de François Fillon

Publié à 10h20, le 03 mars 2017 , Modifié à 10h20, le 03 mars 2017

Benoît Hamon s'indigne qu'on ne lui parle plus que de François Fillon
© AFP

François Fillon fait toujours autant parler de lui. Depuis sa conférence de presse, mercredi 1er mars, où il a annoncé sa convocation devant les juges afin d’être mis en examen, le candidat LR à la présidentielle est lâché petit à petit par son propre camp, notamment par les juppéistes et les proches de Bruno Le Maire.

Sur RMC et BFMTV, ce vendredi 3 mars, Benoît Hamon s’est indigné du fait qu’on ne parle plus que de François Fillon et des affaires autour du député de Paris. Il a déclaré :

 

 

"

Je n’en peux plus des affaires de François Fillon. Ça suffit, on ne parle plus que de cela. Je vais en Bretagne parler des déserts médicaux, des services publics locaux qui disparaissent, on me parle de François Fillon. On parle hier de la concentration des médias ou de l’indépendance des journalistes, on nous répond François Fillon. Je veux parler lutte contre le chômage, le chômage de longue durée et des seniors, on me répond François Fillon, ça suffit.

"

Pour Benoît Hamon, François Fillon "a décidé d’hystériser le débat public et présidentiel autour de sa situation en montrant du doigt les juges". Le candidat PS à la présidentielle a redit qu’il jugeait son rival de droite "indigne" de la fonction de président de la République. Il a expliqué :

 

 

"

Comment pourrait-il demain président de la République être le garant de l’indépendance de la Justice lui qui construit sa campagne présidentielle sur la dénonciation des juges ? Comment pourrait-il être demain digne de confiance lui qui réclame une justice d’exception pour lui, une trêve, au nom de quoi ? Lui qui veut que les sanctions soient rapides et immédiates pour tout le monde mais échapper au verdict des juges ? Ça n’est plus possible. Ce qui est insupportable c’est que finalement il tire toute cette campagne vers le bas.

"

Surtout la sienne, donc, déplore le député socialiste des Yvelines, qui n’avait pas besoin de ça en ce moment. Benoît Hamon est en effet critiqué au PS et même au PRG et à l’UDE pour ne pas avoir fait l’union dans son propre camp, privilégiant un accord avec EELV. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus