Bernard Cazeneuve prévient Benoît Hamon qu'il ne gagnera jamais sans assumer le bilan du quinquennat Hollande

Publié à 17h59, le 30 janvier 2017 , Modifié à 17h59, le 30 janvier 2017

Bernard Cazeneuve prévient Benoît Hamon qu'il ne gagnera jamais sans assumer le bilan du quinquennat Hollande
Bernard Cazeneuve © AFP

Bernard Cazeneuve et Benoît Hamon se sont rencontrés ce lundi 30 janvier, au lendemain de la victoire du second à la primaire de la Belle Alliance Populaire. Pendant une heure et demi, à Matignon, les deux hommes se sont parlés. Au menu, évidemment, l'avenir immédiat et la campagne présidentielle.

Mais le Premier ministre a aussi prévenu, comme il l'a déclaré peu après l'entretien : le succès de Benoît Hamon ne se fera pas sans l'apport des vallsistes. Il a dit :

 

"

La gauche s’inscrit dans une histoire. Elle porte des valeurs et un message de progrès. Il y a toujours eu des différences en son sein, qui ne l'ont jamais empêchée de se rassembler sur l'essentiel. Il n'y a pas de victoire de la gauche sans union, sans démarche collective et claire. La gauche gagnera en 2017 si elle sait rassembler et inscrire son projet dans notre identité commune, dans l'héritage de Leon Blum, de François Mitterrand, de Lionel Jospin. […] Elle ne réussira pas sans assumer le bilan du quinquennat de François Hollande dont nous avons toutes les raisons d'assumer les progrès qu'il aura grandement contribué à rendre possible.

"

Et Bernard Cazeneuve d'adresser plein de jolis messages à Manuel Valls, "un homme d'État" dont "les souvenirs dans l'épreuve" ont créés avec lui "des liens forts".

De son côté, Benoît Hamon n'a pas été plus flamboyant, la rencontre – ou du moins la communication qui en a été faite - n'ayant pas été franchement chaleureuse. "Il m’a dit que comme Premier ministre et comme homme de gauche, il contribuerait à servir l’intérêt général, à prendre sa part du travail pour le rassemblement de la gauche et des progressistes. Je m’en réjouis, c’est une bonne nouvelle", a simplement constaté le candidat à la présidentielle. Mais pour ce qui est d'assumer…. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus