Bernard Cazeneuve tente de s’inviter à un débat sur France 2 avec Nicolas Sarkozy (et se fait rembarrer)

Publié à 15h37, le 15 septembre 2016 , Modifié à 16h12, le 15 septembre 2016

Bernard Cazeneuve tente de s’inviter à un débat sur France 2 avec Nicolas Sarkozy (et se fait rembarrer)
Bernard Cazeneuve © Montage Le Lab via AFP

COUCOU, INVITEZ-MOI – Ce pourrait une péripétie de comédie de boulevard, façon Feydeau, ou un de ces moments gênants que génère parfois la vie professionnelle.  Vous savez, cette situation un brin embarrassante, quand une vague connaissance fait des pieds et des mains pour se faire inviter à un événement où elle n’est manifestement pas la bienvenue. Rien que du douloureusement banal. Ce qui l’est moins, c’est que la puissance invitante se nomme France 2 et que l’individu désireux de s’incruster n’est rien de moins que le ministre de l’Intérieur en titre, Bernard Cazeneuve. Sans oublier, au centre des manœuvres, l’ex-président de la République et candidat à la primaire de la droite, Nicolas Sarkozy.

Tout commence par un tweet, ce jeudi 15 septembre, à 13h12 très exactement. Bernard Cazeneuve propose le plus simplement du monde d’intervenir sur le plateau de l’Emission Politique, le nouveau programme de France 2 diffusé ce soir, dont la première est consacrée à Nicolas Sarkozy :

 

"

Terrorisme, immigration: pour éclairer les Français, je suis volontiers disponible pour débattre avec Nicolas Sarkozy ce soir sur France 2.

"

Une demande d’invitation à 13 h pour 21 h, cela fait un peu court. Surtout quand l’émission est prévue depuis plusieurs semaines. Auprès du Lab, le ministère de l'Intérieur assure pourtant qu'il ne s'agit en rien d’une demande d’invitation lancée en l'air, pour faire le buzz (et se faire plaisir en trollant un peu) :

 

"

C'est une vraie proposition. À charge maintenant à Nicolas Sarkozy et France 2 de saisir la balle au bond.

"

L’entourage de Bernard Cazeneuve explique vouloir apporter la contradiction à Nicolas Sarkozy sur les questions relevant de son périmètre ministériel :

 

"

Bernard Cazeneuve est prêt à débattre avec Nicolas Sarkozy sur les question des migrants et du terrorisme, puisqu'on ne peut pas faire fi de ce que nous avons fait depuis plusieurs mois et que beaucoup de mensonges sont dits en la matière.  

"

À Beauvau, on se dit également désireux de "challenger" l'ancien chef de l'État "avec différentes propositions, lui qui se targue de vouloir agir sur ces sujets... alors qu'on se souvient de la manière complètement catastrophique dont la droite a géré Sangatte lorsqu'ils étaient au pouvoir".

Bref, l’initiative de Cazeneuve se résume à un défi lancé à l’ex-président de la République… sans forcément se bercer d’illusions sur son devenir. Ce qu’indique malicieusement l’entourage du ministre :

"

Nicolas Sarkozy peut relever le gant… ou pas.

"

Le candidat à la primaire de la droite n’a pas encore répondu à nos sollicitations.

Du côté de France 2, le refus est aussi courtois qu’immédiat. Jointe par le Lab, Alix Bouilhaguet, l’une des rédactrices en chef du programme, explique que l’émission a été construite autour d’une personnalité – Nicolas Sarkozy en l’occurrence – et non d’un duel :

"

On ne l’a pas prévu au conducteur, ce sera pour une prochaine fois. On fait une émission avec Nicolas Sarkozy, on va évidemment aborder la question du terrorisme mais ce ne sera pas un débat contradictoire.

"

Avant d’ajouter en souriant :

"

Même si je suis très flattée qu’il veuille venir sur notre plateau.

"

Bref, peu de chances de voir le ministre de l’Intérieur ce soir sur la deuxième chaîne. Vous pourrez en revanche suivre un débat de quinze minutes entre Nicolas Sarkozy et Damien Carême, le maire écologiste de Grande-Synthe (Nord). Ça en jette moins, mais c’est bien aussi. Et tant pis pour Feydeau.

[Edit 16h05]

Contacté par le Lab et amusé, le "coordinateur" de la campagne de Nicolas Sarkozy, Gérald Darmanin, estime tout d'abord que "c'est très étonnant comme manière de s'inviter..." Outre le fait qu'un tel débat avec un ministre n'a "jamais" été évoqué lors de la préparation de l'émission, celui qui est aussi vice-président de la région Hauts-de-France fait remarquer que malgré plusieurs propositions de France 2, aucun ministre n'avait débattu face à l'ancien chef de l'État lors de son passage à Des paroles et des Actes, en février 2016.

Moqueur, Gérald Darmanin ajoute :

"

On voit bien que le ministre de l'Intérieur, comme le président de la République d'ailleurs, est obnubilé par Nicolas Sarkozy. Maisce n'est pas parce qu'ils parlent de lui matin, midi et soir que Nicolas Sarkozy doit leur répondre.



Le ministre de l'Intérieur devrait se concentrer sur son travail, je pense que ça ne manque pas en ce moment.

"

"Nous sommes dans la primaire de la droite et celui ou celle qui la gagnera sera candidat à la présidentielle. Dans mon souvenir, ni François Hollande ni Martine Aubry n'avaient débattu avec Nicolas Sarkozy ou ses ministres lorsqu'ils étaient candidats à la primaire du PS en 2011...", conclut Gérald Darmanin.

Du rab sur le Lab

PlusPlus