Bruno Le Maire veut remettre au goût du jour le contrat nouvelles embauches de Dominique de Villepin

Publié à 12h03, le 19 janvier 2016 , Modifié à 12h03, le 19 janvier 2016

Bruno Le Maire veut remettre au goût du jour le contrat nouvelles embauches de Dominique de Villepin
Bruno Le Maire © AFP

RÉCHAUFFÉ - Pas encore officiellement déclaré mais bel et bien dans les starting-blocks de la primaire de la droite et du centre, Bruno Le Maire sait que la lutte contre le chômage sera l’un des thèmes phares de la campagne de 2017. Sans s’en rendre compte visiblement, il propose donc dans ce domaine de faire du neuf avec du vieux.

"Le drame de ce plan de François Hollande [contre le chômage], c’est qu’il s’inscrit dans cette longue tradition depuis trente ans de traitement social du chômage qui n’a donné aucun résultat et qui conduit aujourd’hui à 5,5 millions de demandeurs d’emploi", regrette-t-il ce mardi 19 janvier sur Europe 1.

Bruno Le Maire estime donc qu’il est temps de proposer "des choses nouvelles" car depuis trente ans, "c’est toujours les mêmes vieilles méthodes, les mêmes vieilles recettes, les mêmes vieilles ficelles" et qu’"elles ne marchent pas".

Heureusement, la solution révolutionnaire à laquelle personne n’avait encore pensé, Bruno Le Maire, qui a écrit son livre programmatique en moins de quinze jours, la connaît :

 

"

Je propose un nouveau contrat sur le modèle du contrat nouvelles embauches pour les petites entreprises pour qu’elles puissent embaucher et se séparer plus facilement de leurs salariés.

"

Oui, c’est bien ça. L’ancien directeur de cabinet de Dominique de Villepin à Matignon propose comme nouvelle idée le retour du fameux CNE créé en 2005 par… Dominique de Villepin.

"Vous savez quand est-ce que le chômage a atteint son point le plus bas au cours des trente dernières années ? C’est entre 2005 et 2007, se justifie Bruno Le Maire. En 2007, il est passé sous les 8 % avec Dominique de Villepin, parce que justement nous avons tenté des choses nouvelles."

Selon lui, le contrat nouvelles embauches, qui permettait à toutes les petites entreprises d’embaucher et, lorsque la conjoncture se retournait, de licencier plus facilement leurs salariés, "a créé des dizaines de milliers d’emplois marchands" en France.

Or "le drame de notre pays, c’est que nous ne créons plus un seul emploi marchand et nous continuons à créer des postes de fonctionnaires", affirme Bruno Le Maire.

Du rab sur le Lab

PlusPlus