Buisson n'a pas d’enregistrement de Sarkozy sur les manifs anti-CPE mais assure que ses écrits sont "très fidèles"

Publié à 21h02, le 28 septembre 2016 , Modifié à 21h04, le 28 septembre 2016

Buisson n'a pas d’enregistrement de Sarkozy sur les manifs anti-CPE mais assure que ses écrits sont "très fidèles"
Patrick Buisson © Capture d'écran France 2

C'est l'une des accusations les plus graves formulées par Patrick Buisson dans son livre – son brûlot – La cause du peuple (éd. Perrin). En 2006, lors des manifestations anti-CPE, Nicolas Sarkozy aurait, selon les écrits de Patrick Buisson, laissé éclater des émeutes dans Paris. "Nous avions pris la décision de laisser les bandes de black et de beurs agresser les jeunes blancs aux Invalides, tout en informant les photographes de Paris Match. L'émotion fut en effet à son comble, après la publication de photos dont l'opinion ne retiendrait qu'une chose: des hordes sauvages étaient entrées dans Paris", écrit Patrick Buisson, citant celui qui est alors ministre de l'Intérieur. L'objectif aurait été le suivant : affaiblir le Premier ministre d'alors, un certain Dominique de Villepin.

Invité de France 2 ce mercredi 28 septembre, Patrick Buisson maintient évidemment ses accusations. Le contraire eut été un tout petit peu étonnant alors que son ouvrage sort jeudi. Surtout, il précise deux choses :

1)      Il ne dispose pas d'enregistrements permettant d'attester de la véracité des propos tenus par Nicolas Sarkozy

2)      Nicolas Sarkozy aurait tenu ces propos à Patrick Buisson mais aussi à d'autres personnes

Face à David Pujadas, Patrick Buisson dit :

"

Ce sont des propos de Nicolas Sarkozy. Ce sont des propos que je rapporte très fidèlement. Je rapporte les propos, d'ailleurs je n'ai pas eu besoin de les enregistrer, ils sont suffisamment frappants pour rester gravés dans la mémoire. Je n'ai pas eu besoin de les enregistrer, il le racontait très volontiers et à d'autres interlocuteurs que moi. Ça faisait partie de ses faits d'armes. C'était son Waterloo. Et c'est tout le système Sarkozy là, où dire c'est faire. Non, c'est faire croire.

 

"

Et Patrick Buisson d'expliquer que selon lui, Nicolas Sarkozy a été "celui qui aura appliqué à la politique le principe de la pyramide de Ponzi : accumuler les sur-promesses en période électorales avec la ferme intention de n'en tenir aucune une fois au pouvoir". Il ajoute :

"

On était donc là dans l'agitation : faire croire qu'il était l'homme de la sécurité et de la protection. C'était de la mise en scène.

 

"

Depuis ce mercredi matin, la sarkozie monte au créneau pour défendre l'ancien chef de l'État. François Baroin, que l'on présente comme le futur Premier ministre de Nicolas Sarkozy en cas de victoire en 2017, a fustigé Patrick Buisson, "ses méthodes empruntées à la Stasi", "ses convictions issues de Maurras..." "C'est un tissu de racontards, de pseudo conversations privées. Un règlement de comptes qui n’a pas d’intérêt", a pour sa part estimé Laurent Wauquiez. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus