Cambadélis dénonce un "consensus médiatico-sondagier" contre Hollande (et pour Juppé)

Publié à 08h32, le 19 avril 2016 , Modifié à 11h20, le 19 avril 2016

Cambadélis dénonce un "consensus médiatico-sondagier" contre Hollande (et pour Juppé)
Jean-Christophe Cambadélis, sur France 2 mardi 19 avril 1016 © Montage Le Lab

COMPLOOOOOT - "Parfois, le monde il est pas gentil", disait François Hollande. Jean-Christophe Cambadélis est bien d'accord avec ce triste constat. Car selon le patron du PS, le monde entier (ou presque) se ligue contre le chef de l'État pour l'empêcher de se représenter en 2017. 

Il le dit mardi 19 avril sur France 2. Le journaliste Roland Sicard révèle que lors du Bureau national du PS, la veille, "Camba" a évoqué un "impeachment médiatique exercé contre François Hollande". L'intéressé développe sa pensée :

"

Je faisais une analyse politique et je disais qu'il y avait un concensus médiatico-sondagier pour conduire le président de la République à renoncer à sa candidature. [...] C'est un concensus, c'est moutonnier, tout le monde est sur la même orientation. C'est-à-dire qu'aujourd'hui, l'homme qui doit diriger la France pour les cinq ans à venir, c'est Juppé, qui doit exercer son libéralisme radical et tenter de réussir l'union nationale, c'est-à-dire d'intégrer le Parti socialiste à son dispositif.



Voilà, tout le monde est sur cette orientation, tout le monde veut faire pression pour qu'il y ait place nette pour que le champion - comme autrefois Édouard balladur - soit en situation de l'emporter.

"

En clair : la presse et les instituts de sondage feraient donc campagne contre le chef de l'État, et pour le maire de Bordeaux. Tout simplement. 

De fait, la division de la gauche (tout particulièrement du PS) et les sondages tous plus catastrophiques les uns que les autres pour Hollande sont évoqués quasi-quotidiennement dans les médias. Avec une question qui revient, lancinante : pourra-t-il vraiment se représenter ? Jean-Christophe Cambadélis y voit donc une tentative délibérée de déstabilisation. Et enchaîne sur une dénonciation de ce "Hollande bashing" qui "empêche" de présenter le bilan du quinquennat sous un jour flatteur :

 

"

Nous sommes dans une situation difficile, un pic critique, mais le Hollande bashing, le socialisme bashing est tellement systématique, c'est systémique même, qu'on peut s'interroger. [...] On ne peut plus aujourd'hui faire un diagnostic : on ne peut plus enregistrer de bons chiffres sur le commerce extérieur, sur le fait que les entreprises ont refait leurs marges, sur la situation économique de la France par rapport à d'autres pays en Europe, sur le fait que nous ayions baissé les déficits. Ce n'est plus possible parce que tout est obsurci par une seule question : le Hollande bashing.

"

Pour mémoire, "Camba" fait partie de ceux qui considèrent que le gouvernement est en train de réussir mais que personne ne s'en rend compte.

Déjà en octobre dernier, le même Cambadélis estimait que le journal "Le Monde [avait] décidé de faire la peau au PS pour installer une France FN/Républicains".

Du rab sur le Lab

PlusPlus