"Carton rouge", "perte de la réalité" : les réactions de la droite au déplacement de Valls à Berlin pour la finale de Ligue des champions

Publié à 11h00, le 07 juin 2015 , Modifié à 13h43, le 07 juin 2015

"Carton rouge", "perte de la réalité" : les réactions de la droite au déplacement de Valls à Berlin pour la finale de Ligue des champions
"Là-bas, tu vois, ce sont les rageurs qui ont pas pu venir au stade" / ODD ANDERSEN / AFP

#FOOTPOLITIQUE - Manuel Valls est un supporter comblé. Le FC Barcelone, son club de coeur, a remporté la finale de la Ligue des champions le 6 juin à Berlin. Et en supporter privilégié, le Premier ministre était présent dans l'enceinte, après avoir fait son discours à Poitiers pendant le congrès du Parti socialiste. 

Sauf que le déplacement du Premier ministre à Berlin ne passe pas à droite. De Nadine Morano à Thierry Mariani, certains politiques se plaignent de ce déplacement avec en filigrane une dépense supplémentaire pour les contribuables.  

Le premier à réagir est Sebastien Huygues, porte-parole de Les Républicains, qui évoque un déplacement "injustifiable".

Nadine Morano se permet une métaphore footballistique pour donner un carton rouge à Manuel Valls pour son déplacement.

Valérie Debord, elle, s'attaque à la "République exemplaire" (renommée "irréprochable" ici) promise par le candidat Hollande en 2012.

De son côté, Nathalie Kosciusko-Morizet se lance dans une boutade en expliquant qu'il vaut mieux que Manuel Valls ne soit pas supporter de la Nouvelle-Zélande, sinon cela aurait coûter cher au contribuable. On n'ose pas lui expliquer que le rugby n'a rien à voir là-dedans.

Invité sur Europe 1 le 7 juin, Thierry Solère a évoqué une "forme d"indécence" dans ce déplacement. Il dit :

"

Il y a une forme d'indécence. C'est une faute politique et une faute morale. L'argent public est précieux dans cette période de crise et on doit veiller à tous les symboles et c'est un très mauvais signal envoyé.

"

Enfin, c'est Thiery Mariani, député des Français de l'étranger, qui met en avant le fait qu'aucune équipe française ne disputait le match, rendant le déplacement du Premier ministre déconnecté du "sens des réalités".

Plus à droite encore, le numéro 2 du Front national, Florian Philippot, a également réagi sur le déplacement du Premier ministre.

Pour rappel, Manuel Valls s'est rendu à Berlin après avoir été invité par Michel Platini, président de l'UEFA. De plus, une réunion pour l'Euro 2016, que la France organise, était prévue dans la journée. Comme le précise le Parisien du 7 juin, l'aller-retour Paris-Poitiers a été payé par le Parti socialiste alors que le Poitiers-Berlin s'est fait en tant que Premier ministre, donc payé par les contribuables. 

Même à gauche, ce déplacement passe mal. Pascal Cherki, figure des frondeurs, explique au Parisien :

"

Moi aussi, je suis fan du Barça. J'espère qu'au match Valls va se rendre compte que le jeu offensif, créatif, conforme à ses valeurs, ça marche.

"

Avec un 3-1 en faveur du Barça, nul doute que le Premier ministre a pris des notes.  

Du rab sur le Lab

PlusPlus