Ce député LR qui voit en Nicolas Sarkozy "le seul candidat anti-système"

Publié à 07h29, le 03 octobre 2016 , Modifié à 07h29, le 03 octobre 2016

Ce député LR qui voit en Nicolas Sarkozy "le seul candidat anti-système"
Nicolas Sarkozy © AFP

Aux États-Unis, un milliardaire magnat de l'immobilier et ne payant apparemment plus ses impôts depuis 1995, arrive à se présenter comme un candidat anti-système. Il n'y a donc aucune raison pour que, notre côté de l'Atlantique, nous ne fassions pas pareil. Alors jouons un peu : si vous deviez désigner "le seul candidat anti-système", qui choisiriez-vous ?  

Pour Édouard Courtial, député Les Républicains de l'Oise, cela ne fait aucun doute. Pour lui, le "seul candidat anti-système" est un avocat devenu maire, un maire devenu ministre, un ministre devenu président de la République, un président de la République devenu conférencier, un conférencier devenu président de l'UMPetc

Dans Le Parisien, ce lundi 3 octobre, l'ancien secrétaire d'État chargé des Français de l'étranger évoque ainsi le second tour de la primaire de la droite qui, il est en sûr – et les sondages ne lui donnent pas tort – opposera Alain Juppé à Nicolas Sarkozy. Pour Édouard Courtial, c'est évident : le duel va opposer le candidat des élites à celui du peuple. Vraiment. Il dit :

"

Entre les deux tours, toute la caste politico-médiatique va appeler à voter Juppé et cela va consolider l'idée que Nicolas Sarkozy est le seul candidat anti-système.

 

"

On notera l'utilisation de l'expression "caste politico-médiatique", terme généralement employé par d'autres politiques qui se revendiquent eux-aussi comme "anti-système". Reste que, selon Édouard Courtial, l'ancien chef de l'État est le "seul", le vrai, l'unique. 

L'ancien président de la République a lui-même déjà joué cette carte. En suggérant à l'envi qu'Alain Juppé lui rappelle Édouard Balladur version 1995, Nicolas Sarkozy sous-entend que le maire de Bordeaux est, comme l'ancien Premier ministre, le candidat choyé des médias alors que lui, a le soutien du peuple. "Plus on est le candidat de l'establishement, des élites, des médias, moins on a de chance de gagner. Je vous le dis et je vous le signe !", lançait-il d'ailleurs en avril, rappelait à l'époqueLe Parisien

Du rab sur le Lab

PlusPlus