Cécile Duflot annonce officiellement sa candidature à la primaire de EELV

Publié à 12h50, le 20 août 2016 , Modifié à 13h13, le 20 août 2016

Cécile Duflot annonce officiellement sa candidature à la primaire de EELV
Cécile Duflot. © AFP

Elle n’était pas franchement partante pour ce scrutin interne et l’avait fait savoir, par mail, aux adhérents de son parti. Mais puisque EELV a décidé d’organiser une primaire en son sein pour se choisir un candidat écolo à la présidentielle, Cécile Duflot a ravalé sa fierté et accepté de se prêter au jeu, comme elle l’annonce dans une lettre de candidature publiée ce samedi 20 août par Libération. Elle écrit ainsi d’emblée :

"

Au travers de la primaire de l’écologie, j’ai décidé de concourir à l’élection présidentielle de 2017. Parce que l’écologie est une cause trop importante pour que sa défense soit absente des enjeux d’une élection qui peut fixer le cap de notre pays pour les années à venir, je n’ai jamais fait mystère que je me préparais à cette échéance.

"

L’ancienne ministre de François Hollande annonce donc qu’elle sera bel et bien candidate à la primaire des écologistes qui ne soutiennent pas le gouvernement et François Hollande. La députée EELV de Paris est ainsi la troisième candidate sur la ligne de départ avec les eurodéputés Yannick Jadot et Michèle Rivasi.

Cécile Duflot explique les principaux piliers de sa candidature – écologisme, féminisme, sortie du culte de la croissance, renforcement du rôle du Parlement, bataille contre le Front national… – qui ne doit pas être "individuelle" mais "collective". Elle explique s’être préparée de longue date puisqu’on "ne s’improvise pas candidat", écrit-elle encore.

Et la députée EELV de Paris de critiquer les nouvelles règles mises en place pour concourir à l’élection présidentielle (réforme du temps de parole et des parrainages) qui prouvent, selon elle, que "tout a été fait et sera fait pour nous écarter". "La bataille à venir s’annonce rude. Y compris pour recueillir les 500 signatures nécessaires. Les règles du jeu ont été récemment modifiées pour écarter les formations comme la nôtre", poursuit-elle.

"L’espace est mince. Mais il existe", conclut pleine d'espoir Cécile Duflot.

Du rab sur le Lab

PlusPlus