Cécile Duflot et Emmanuelle Cosse refusent d'être reçues avec Jean-Vincent Placé par François Hollande à l'Élysée

Publié à 12h03, le 22 janvier 2016 , Modifié à 12h03, le 22 janvier 2016

Cécile Duflot et Emmanuelle Cosse refusent d'être reçues avec Jean-Vincent Placé par François Hollande à l'Élysée
Jean-Vincent Placé, Cécile Duflot et Emmanuelle Cosse en 2014 © ALAIN JOCARD / AFP

CHACUN DE SON CÔTÉ - Qu'on se le dise une bonne fois toute : l'union ne passera pas par les écolos. Ce vendredi 22 janvier, François Hollande consulte à l'Élysée les chefs de groupes parlementaires et de partis à propos de la réforme constitutionnelle et notamment la très contestée déchéance de la nationalité pour les binationaux nés en France et condamnés pour terrorisme.

Mais le chef de l'État, en plus de devoir composer avec les divisions de la gauche sur le sujet, doit adapter son agenda aux desiderata des écolos. Ainsi, Cécile Duflot et Emmanuelle Cosse, respectivement co-résidente du groupe écolo à l'Assemblée et secrétaire nationale d'Europe-Écologie – Les Verts, ont demandé à ne pas être reçues  par François Hollande en même temps que Jean-Vincent Placé, chef de file des sénateurs verts, qui a claqué la porte d'EELV pour créer son propre parti.

Cité par L'Express, Jean-Vincent Placé assure que cette demande ne vient pas de lui :

"

Moi, je ne voyais aucun problème au format à 3 ou au format 2+1, tout me va.

 

"

Au final, François Hollande recevra Cécile Duflot et Emmanuelle Cosse à 16h15, Jean-Vincent Placé à 16h45.

Jean-Vincent Placé et Cécile Dulot, autrefois en couple comme s'était plu à l'évoquer le sénateur de l'Essonne dans Closer en août dernier, ne partagent pas vraiment la même vision de la réforme constitutionnelle. Si le premier est favorable à l'extension de la déchéance de nationalité, la seconde y est farouchement opposée. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus