Cécile Duflot : "l'essentiel de l'activité de Jean-Marie Le Guen consiste à insulter les écologistes"

Publié à 07h58, le 09 septembre 2015 , Modifié à 08h08, le 09 septembre 2015

Cécile Duflot : "l'essentiel de l'activité de Jean-Marie Le Guen consiste à insulter les écologistes"
© images AFP

La détestation est indubitablement réciproque. Si le secrétaire d'Etat socialiste Jean-Marie Le Guen n'a jamais caché son aversion pour Cécile Duflot depuis son départ du gouvernement, cette dernière n'est pas en reste. Dans une longue interview à Libération ce 9 septembre [à retrouver ici dans son intégralité], l'ancienne ministre écolo répond vertement aux différentes attaques du ministre :

"

Ce monsieur est ministre des Relations avec le Parlement mais l'essentiel de son activité consiste à insulter les écologistes.



Il ne cherche pas le rassemblement mais l'alignement : on veut nous rendre responsables de la division de la gauche et des résultats du FN, mais qui organise cette dispersion ?

"

La "dispersion", un terme notamment utilisé par François Hollande lors de sa conférence de presse du 7 septembre lors de laquelle il avait déclaré : "Je vais vous donner une recette qui vaut pour toutes les familles politiques : la dispersion c’est la disparition."

Parmi les mots doux envoyés par Jean-Marie Le Guen à Cécile Duflot, "l'escalade gauchiste extrêmement dangereuse" revient fréquemment, tout comme la "perpétuelle dérive" ou le chemin vers la "radicalisation". A l'inverse, le ministre a applaudi des deux mains la décision de François de Rugy de quitter EELV, lui faisant même l'offre de service la plus rapide du monde.

Un François de Rugy à propos duquel Cécile Duflot dit d'ailleurs dans Libé :

"

Ils [elle associe Jean-Vincent Placé qui a également quitté le parti, ndlr] ont renoncé à la transformation écologique de la société et pensent qu'il faut simplement s'adapter au monde tel qu'il est aujourd'hui.

"

La députée revient également sur son alliance avortée avec le Parti de gauche de Jean-Luc Mélenchon et l'explique ainsi :

"

Je n'ai pas claqué la porte. J'ai alerté sur le risque d'une dérive anti-européenne. Quand il écrit 'Périsse l'Allemagne plutôt qu'une poularde à la peau craquante', je suis désolée, ça ne fait pas avancer l'Europe.

"

 

[BONUS TRACK]

Et 2017 ? C'est la question qui revient inlassablement lorsque Cécile Duflot est interviewée : se présentera-t-elle à la prochaine présidentielle ? La députée affirme que, "c'est vrai", elle s'y prépare, tout en assurant qu'elle n'a "pas du tout" décidé de sa candidature. Bref, on n'en sait pas plus.

Du rab sur le Lab

PlusPlus