Cécile Duflot signe son retour médiatique après trois mois de silence

Publié à 14h36, le 07 mai 2016 , Modifié à 14h40, le 07 mai 2016

Cécile Duflot signe son retour médiatique après trois mois de silence
Cécile Duflot ne se taira plus © ALAIN JOCARD / AFP

THE SOUND OF SILENCE - Elle n'avait plus pris la parole publiquement depuis près de trois mois. Une période durant laquelle : trois anciens membres d'EELV sont entrés au gouvernement ; les candidatures de Noël Mamère et Nicolas Hulot pour 2017 ont été soupesées ; les places de France occupées par Nuit debout ; un référendum local sur Notre-Dame-des-Landes organisé ; et la politique énergétique, notamment nucléaire, de la France largement débattue. Mais sur tous ces sujets, pas un mot n'est sorti de la bouche de Cécile Duflot. Sa disparition médiatique était totale.

Une cure de silence qui a pris fin vendredi 6 mai, dans la presse et sur Twitter. La députée EELV de Paris ne se taira plus, comme on dit. Et ce n'est peut-être que le début.

# En 7471 caractères

Vendredi donc, Cécile Duflot signait une tribune dans Le Monde. Une réflexion sur le "grand virage" que doit prendre l'écologie, qualifié de "nouvel horizon du progrès". Une critique, aussi, de la tentative de recentrage politique de François Hollande et du PS en cette fin de "quinquennat de l’enlisement". Ainsi écrivait-elle :

 

"

Ce gouvernement pense, avec trente ans de retard, que l’histoire s’est achevée avec la chute du mur de Berlin. De là découle sa course vers l’orthodoxie : droite et gauche raisonnables devraient partager l’essentiel et s’opposer à la marge. D’une certaine manière, nous voyons poindre à nouveau l’illusion d’une gauche balladurienne, engoncée dans les contours étroits du prétendu cercle de la raison qu’elle partage en colocation idéologique avec la droite libérale.

"

Autant dire que sa mise en retrait de la scène politico-médiatique ne l'a pas amenée à revoir sa position sur la gauche de gouvernement, dont elle fut un temps alliée et membre, en tant que ministre du Logement.

Et Cécile Duflot d'aborder l'avenir. Demain c'est loin, mais c'est surtout 2017. La députée écolo garde ce fait en tête et prévient qu'elle existera dans les débats qui s'annonce :

"

Si je veux désormais me tenir à bonne distance du petit monde de l’entre-soi parisien et de la manie de l’hyper commentaire, je n’entends pas rester muette ou immobile dans les temps qui viennent. Si je me suis éloignée des enjeux internes à mon parti, c’est pour mieux écouter la population de notre pays, et en particulier les jeunes générations, que je veux convaincre de construire un avenir écologique.



C’est à mes yeux l’un des enjeux de la présidentielle à venir. Le temps est proche où à nouveau les Françaises et les Français auront à choisir une direction et à déterminer ensemble qui devra conduire la politique du pays.



L’écologie doit être représentée dans le débat qui vient. Je me battrai pour que notre candidature soit la plus efficace possible, qu’elle rassemble largement [...].

"

Back in business, donc.

# En 140 caractères

Le lendemain, samedi 7 mai, Cécile Duflot a également fait son retour sur Twitter. Son dernier message datait du 10 février, elle qui était très active sur les réseaux sociaux. Aujourd'hui, elle poste un "simplement" accompagné d'une citation résolument tournée vers l'avenir :

 

"

Quand le choix réside entre ce qui détruit et ce qui est autre chose, incertain, je préfère aller vers ce qui est incertain. Parce que c'est dans cette incertitude que se tient l'espoir.

"

Du rab sur le Lab

PlusPlus