Ces députés socialistes opposés au non-cumul des mandats (mais qui n'ont pas voté contre)

Publié à 17h05, le 27 janvier 2014 , Modifié à 18h40, le 27 janvier 2014

Ces députés socialistes opposés au non-cumul des mandats (mais qui n'ont pas voté contre)
(Reuters)

Ils sont onzeà s'être abstenus ou à avoir choisi de ne pas voter lors de l'adoption de la loi sur le non-cumul des mandats le 22 janvier. Onze députés socialistes opposés à cette mesure sans aller jusqu'à voter franchement contre, tant cela est mal perçu à gauche.

Le député-maire de Mauprévoir dans la Vienne, Jean-Michel Clément, fait partie de ceux qui ont préféré ne pas voter lors de l'adoption définitive plutôt que de voter contre. Il a détaillé son opposition à La Nouvelle République le 26 janvier. L'élu estime en effet qu'il y a des cumuls plus importants à combattre que le combo parlementaire/fonction exécutive locale :

"

Je considère qu'on a mis la charrue avant les bœufs ; on aurait d'abord dû s'intéresser à l'organisation territoriale avant de se poser la question du cumul des mandats.

On ne traite qu'un aspect du problème, celui du cumul des mandats entre le parlementaire et ses fonctions d'élu local, alors qu'il faut aussi regarder dans les régions, départements, communautés de communes et mairies où des gens cumulent trois ou quatre mandats locaux.

"

Jean-Michel Clément parie qu'il faudra revenir sur cette loi dans une dizaine d'années à cause du décalage créée entre le terrain et le Parlement :

"

L'activité d'un parlementaire, c'est faire la loi mais c'est aussi l'expliquer sur le terrain

On va créer un décalage et je vous fiche mon billet qu'on en reviendra dessus d'ici dix ou quinze ans.

"

D'autres, comme le député de Charente Jérôme Lambert, se sont seulement abstenus car "c'est un peu lourd de voter contre son groupe", a-t-il expliqué au Lab le 23 janvier. L'élu estime que le non-cumul va affaiblir le Parlement en cherchant à supprimer la présence de "barons locaux", mais qu'il va également priver les assemblées d'une "expertise importante".

A côté de ces onze presque-rebelles, certains, parmi les 277 députés socialistes à avoir voté "pour", démontent en off la réforme contre laquelle ils n'ont pas osé s'opposer.

Une députée PS confiait ainsi au Lab il y a quelques jours :

"

J’ai voté avec tristesse le non cumul. Ca va faire une assemblée d’apparatchik.

"

Un autre élu socialiste, multi-cumulard, assurait :

"

Je suis clairement contre mais j’ai été obligé de voter pour. Je ne suis vraiment pas le seul dans ce cas là au groupe PS.

"

Notons enfin que seuls quatre députés inscrits au groupe PS (mais membres du MRC, le parti de Jean-Pierre Chevènement) ont affiché leur franche opposition en votant contre. Il s'agit de Dominique Baert, Christian Hutin, Marie-François Bechtel et Jean-Luc Laurent.

A lire également sur le Lab :

>> Non-cumul des mandats : entre première lecture et adoption définitive, quels députés ont changé d'avis ?

Delphine Legouté avec Sebastien Tronche.

Du rab sur le Lab

PlusPlus