Ces très chers canapés du département du Nord, alors dirigé par Patrick Kanner

Publié à 12h04, le 10 février 2016 , Modifié à 12h10, le 10 février 2016

Ces très chers canapés du département du Nord, alors dirigé par Patrick Kanner

LE CONFORT AU TRAVAIL - Tous les bons ergonomes vous le diront, le confort au travail, et l'assise notamment, c'est important. Et Patrick Kanner le sait aussi. Au point de dépenser d’importantes sommes pour doter en 2012 le conseil départemental du Nord, dont il était le président, d’un salon d’apparat.

Car, comme l’a révélé 20 Minutes Lille, mardi 9 février, le département du Nord "s’est payé un salon à 48.700 euros" sous la présidence de celui qui est devenu ministre de la Ville de François Hollande. Et dans un contexte budgétaire délicat pour ce département.

D’après 20 Minutes donc, qui s’est procuré la facture de ces achats, le département du Nord a acheté en 2012 "deux canapés (7.000 euros chacun), cinq fauteuils (3.800 euros pièce) et deux poufs (2.100 euros chacun), tous en cuir couleur havane et de marque William". Des dépenses justifiées par la collaboratrice de Patrick Kanner auprès du quotidien :

"

Le mobilier n’avait pas été changé depuis les années 90, il avait besoin d’être remplacé. Le chiffre peut paraître élevé mais c’est aussi l’image du conseil départemental. Et ce mobilier a vocation à durer.

"

Ces sommes sont importantes certes, néanmoins, comme le souligne encore 20 Minutes, elles ne représentent qu’une infime partie du budget départemental annuel chiffré à 3,4 milliards d’euros en 2012. Au cabinet de l’actuel président du département, le Républicain Jean-René Lecerf, on se désolidarise néanmoins de ces emplettes qui font tâche en période de restrictions budgétaires. 

[BONUS TRACK] Magie noire

Après cette révélation sur les très chers canapés du département du Nord sous sa direction, Patrick Kanner a peut-être un autre souci à gérer : la magie noire. Car les relations entre lui et Martine Aubry, sa grande rivale socialiste dans la région Nord, sont plus que tendues. Au point qu’en "petit comité", le ministre de la Ville s’amuse à imaginer la maire de Lille le "vaudouiser", comme le rapporte Le Parisien de ce mercredi 10 février :

"

Je pense qu’il y a trois poupées vaudoues chez Martine Aubry. Une pour Valls, une pour Macron et une pour moi. D’ailleurs, j’ai un peu mal au dos !

"

La faute à des canapés un peu trop inconfortables au ministère ?

Du rab sur le Lab

PlusPlus