C’est officiel, Nicolas Dupont-Aignan a bien ses 500 parrainages pour être candidat à l’élection présidentielle

Publié à 16h54, le 07 mars 2017 , Modifié à 18h26, le 07 mars 2017

C’est officiel, Nicolas Dupont-Aignan a bien ses 500 parrainages pour être candidat à l’élection présidentielle
© ERIC PIERMONT / AFP

Cette fois, c'est officiel, Nicolas Dupont-Aignan a réussi à obtenir ses 500 parrainages. Le Conseil Constitutionnel a mis à jour la liste des parrainages des candidats à l'élection présidentielle ce mardi 7 mars 2017. Et au même titre qu'Emmanuel Macron, Benoît Hamon et Nathalie Arthaud, "NDA" a dépassé le seuil des 500 signatures d'élus. Reste au Conseil Constitutionnel de valider la répartition ou non ces parrainages, le 17 mars prochain. Si c'est le cas, il s'agira de sa deuxième candidature à la magistrature suprême pour Nicolas Dupont-Aignan, après 2012 où il avait obtenu 1,79% des suffrages exprimés

Pourtant, avant que le Conseil Constitutionnel ne mette à jour cette liste, Nicolas Dupont-Aignan n'était pas très optimiste sur ses chances de réunir le nombre de signatures nécessaire cette semaine. Au Lab, il confiait encore mardi 7 mars au matin : 

"

Si j'ai les 500 signatures [mardi] soir, c'est un miracle. Mon problème, c'est de passer de 5 à 6 candidats. 

"

La surprise est donc totale pour le candidat de Debout la France. Par ailleurs, Nicolas Dupont-Aignan continue de s'en prendre au débat de TF1 où il n'est pas invité. "Ça les dérange d’avoir un candidat qui interpelle Fillon sur les valeurs gaullistes", confie-t-il au Lab ce mardi. 

Voici les parrainages mis à jour mardi 7 mars : 



[BONUS TRACK] Nathalie Arthaud a aussi ses 500 parrainages 

Dans la famille des candidats satisfaits, on demande Nathalie Arthaud. La représentante de Lutte ouvrière a obtenu, elle aussi, plus de 500 parrainages. Selon les dernières mises à jour du site du Conseil Constitutionnel, elle possède exactement 557 signatures d'élus. Le Conseil Constitutionnel se chargera ensuite de valider définitivement sa candidature. 

 

Du rab sur le Lab

PlusPlus