C’était le Lab (2011-2018) : l’histoire du site "le plus classe du monde", en chiffres (non contractuels)

Publié à 09h21, le 31 janvier 2018 , Modifié à 11h18, le 31 janvier 2018

C’était le Lab (2011-2018) : l’histoire du site "le plus classe du monde", en chiffres (non contractuels)
  • 0

0 condamnation



  • 1

1 plainte en diffamation



  • 2

2 mascottes (Milab et Trollab)



  • 3

3 Présidents (Sarkozy, Hollande, Macron)



  • 5

5 Premiers ministres (Fillon, Ayrault, Valls, Cazeneuve, Philippe)



  • 6

6 ans d’existence



  • 7

7 claviers cassés (on souligne, comme le rappelait le Gorafi, que faire du bruit en tapant sur ses touches de clavier ne rend pas plus efficace)



  • 21

21 soirées électorales



  • 27

27 coquilles (en six ans) dont 28 par un journaliste dont nous tairons le nom



  • 42

42 coups de pression de politiques



  • 50

50 personnes ayant collaboré au site (journalistes, techniciens, développeurs…)



  • 430

430 écoutes de la samba de Jacques Chirac

  • 586

586 siestes cumulées



  • 732

732 gueules de bois



  • 978

978 références à la Classe américaine (et presque autant à IAM)



  • 1.789

1.789 débats "chocolatine ou pain au chocolat ?" (et on dit chocolatine !) (ou "Nadal ou Federer ?")



  • 12.357

12.357 litres de café et de coca



  • 30.000

Près de 30.000 articles



  • 73.600

73.600 tweets



  • 324.000

324.000 followers sur Twitter



  • 550.000

550.000 gifs



  • 630.000

630.000 cigarettes (pas bien)



  • 999.999

999.999 parties de babyfoot

Du rab sur le Lab

PlusPlus