Christophe Caresche (PS) lance une pétition contre l'exclusion du PS de la "fidèle et loyale" Monique Iborra

Publié à 12h57, le 07 juillet 2016 , Modifié à 13h02, le 07 juillet 2016

 Christophe Caresche (PS) lance une pétition contre l'exclusion du PS de la "fidèle et loyale" Monique Iborra
© Montage Le Lab photos AFP

Monique Iborra a été exclue du PS cette semaine pour 2 ans…avec 6 mois de sursis. Frondeuse ? Pas du tout. Ce qui lui est reproché : avoir soutenu la liste de Philippe Saurel (ex PS) plutôt que celle de Carole Delga (soutenue par le PS) lors des dernières élections régionales. A l'Assemblée, la députée de Haute-Garonne est pourtant un soutien de Manuel Valls. Elle était même coordinatrice du groupe sur la loi Travail. Mais voilà, les statuts du PS sont clairs : soutenir une liste opposée à celle du PS : virée.
Et tout cela ne plait pas du tout à Christophe Caresche, député de Paris, lui aussi fidèle soutien du Premier ministre. Le blog France 3 Région Midi-Pyrénées, révèle ce jeudi 7 juillet que le député a écrit une lettre au Premier secrétaire pour qu'il "reconsidère" sa position et à ses collègues pour qu'ils signent une pétition pour la réintégration de la députée.
Non parce que ça va cinq minutes : les frondeurs qui veulent déposer (mais qui n'y arrivent jamais) une motion de censure contre le gouvernement : nada et Iborra, elle, dehors. Il écrit :

 

"

Je sais que nous sommes nombreux à ressentir une vive incompréhension face à la décision (ndlr : d’exlusion de Monique Iborra). Monique Iborra a toujours été un soutien fidèle et loyal du gouvernement et du groupe. Comme responsable sur la loi travail , elle s’est acquittée de sa tâche avec disponibilité, responsabilité et efficacité.

"

C'est vrai que les défenseurs de la loi Travail ne sont pas si nombreux au groupe socialiste. La réunion de groupe du mardi 5 juillet a été un parfait exemple de l'harmonie qui y règne. Christophe Caresche continue :

 

"

Comment comprendre (une) exclusion alors que les comportements dissidents, récurrents, de certains députés n’ont jamais été sanctionnés…alors que les conséquences de ces comportements pour le parti et le gouvernement sont incomparablement plus graves que la prise de position locale de Monique Iborra qui n’a pas empêché l’élection de Carole Delga.

"

Monique Iborra, elle-même, avait estimé à l'annonce de son éviction temporaire qu'il y avait un deux poids deux mesures rue de Solférino. La liste des premiers signataires sera publiée dans les prochaines heures.  

Du rab sur le Lab

PlusPlus