Cinq choses totalement inutiles à savoir sur le premier débat pour la primaire de la droite

Publié à 00h35, le 14 octobre 2016 , Modifié à 00h44, le 14 octobre 2016

Cinq choses totalement inutiles à savoir sur le premier débat pour la primaire de la droite
© PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP
Image Victor Dhollande-Monnier

Victor Dhollande-Monnier

Vous n’avez pas suivi le premier à la primaire de la droite, organisé ce jeudi 13 octobre sur TF1 / RTL / Le Figaro ? Deux options possibles désormais : soit vous vous rendez sur le replay de TF1 et vous vous repassez les 2h30 de débat. Ou, et c’est la méthode qu’on vous propose, vous lisez ce papier et vous retiendrez toutes les petites choses inutiles de ce débat.

 

  • Avec ou sans cravate ?

Sur les sept candidats à la primaire de la droite, un détail vestimentaire nous a surpris. On vous aide un peu, c’est quelque chose qu’on n’a pas vu sur le plateau de TF1 – et non, il ne s’agit pas d’Hervé Mariton. Allez, on vous aide un petit peu, ça concerne le candidat du renouveau, Bruno Le Maire. Ça y est ? Vous l’avez ? Mais oui, tellement il est moderne, tellement il n’est pas pareil que ses adversaires, la cravate, trop peu pour lui.

 

  • Jeudi, c’est poisson

Jean-Frédéric Poisson est le Jean-Michel Baylet de 2016. Inconnu du grand public, comme l’était l’actuel ministre de la Ruralité et des Collectivités territoriales lors de la primaire socialiste en 2011, le président du parti chrétien-démocrate a suscité la curiosité des internautes. En tête des mots-clés les plus recherchés sur Google, Jean-Frédéric Poisson a été aussi parmi les sujets les plus commentés sur Twitter.

 

  • Nicolas Sarkozy parle beaucoup

Les candidats avaient un compteur en-dessous de leur pupitre pour bien veiller au respect de l’égalité du temps de parole. Et à ce petit jeu, Nicolas Sarkozy était toujours en avance sur ses concurrents. Il a été obligé de conclure ce débat en 30 secondes. Est-ce à dire que l’ancien Président est quelqu’un de bavard ?

 

  • Copé et Fillon font (un peu) la paix

Tout le monde a encore en mémoire la bataille entre Jean-François Copé et François Fillon. Nous sommes à la fin de l’année 2012. Nicolas Sarkozy a perdu la présidentielle et les deux hommes rêvent de récupérer la présidence de l’UMP. Mais le soir des élections, c’est le drame. Les deux candidats sont trop proches pour réussir à se départager. Recours, attaques et grosse perte de crédibilité pour la droite. Mais tout ça, c’est de l’histoire ancienne. Sur le plateau de TF1, Jean-François Copé et François Fillon ont (un peu) fait la paix. "Le temps a passé", a commenté le premier. "En réalité, depuis toutes ces années, nous avons eu, François comme moi-même, le temps de réfléchir à cette désastreuse période qui nous a inutilement divisés".  

Copé-Fillon

 

  • Bruno Le Maire fait une Léa Salamé

Il le martèle depuis le début de la campagne, Bruno Le Maire est le candidat plus blanc que blanc. Il n’a rien à se reprocher et exige que tous les candidats à l’élection présidentielle publient leur casier judiciaire. "Pour nuire à certains de vos adversaires ?", lui demande le journaliste du Figaro, Alexis Brezet. Réponse de Bruno Léa Salamé Le Maire : "Vous êtes sérieux ?". Et d’ajouter : "ça ne vise personne mais ça concerne tout le monde". 

Du rab sur le Lab

PlusPlus