Claude Bartolone annonce qu'il est candidat pour les régionales en Ile-de-France

Publié à 19h41, le 06 mai 2015 , Modifié à 09h45, le 07 mai 2015

Claude Bartolone annonce qu'il est candidat pour les régionales en Ile-de-France
© AFP

LA SOLUTION ? - Le Parti socialiste cherchait une autre solution, un troisième homme, pour éviter un duel fratricide entre Jean-Paul Huchon et Marie-Pierre de la Gontrie, président sortant de la région Île-de-France et sa vice-présidente. Le nom de Claude Bartolone avait été avancé par François Hollande lui-même. Claude Bartolone avait décliné l'invitation avant de soutenir Marie-Pierre de la Gontrie. Le président de l'Assemblée nationale attendait notamment des garanties sur la possibilité de garder le perchoir pendant la campagne et de pouvoir y retourner en cas de défaite.

Alors d'autres noms avaient été évoqués, comme celui de Benoît Hamon. Finalement, Claude Bartolone sera bien candidat à l'investiture pour la tête de liste du PS pour les régionales en Île-de-France

Invité sur BFM TV le 6 mai, le président de l'Assemblée Nationale a officialisé sa candidature. Il dit :

"

Vous savez si vous demandez aux militants socialistes en Ile-de-France, notamment en Seine-Saint-Denis, ils vous diront que je suis un combattant. Je ne me déroberai pas. Après, c'est aux militants et autres candidats bien entendu d'essayer de voir celui ou celle qui peut-être le plus à même de conserver cette région à gauche et de donner du dynamisme à cette région qui est importante bien entendue.

"

Relancé par le journaliste, il le répète :

"

Je vous le redis : je suis à la disposition du PS et puis après des écolos et de toute la gauche. Si ma candidature peut permettre le rassemblement et bien je la déposerai.

"

Insistant sa volonté de "rassemblement", il a également précisé qu'il abandonnerait son poste de président de l'Assemblée nationale en cas de victoire. Il explique :

"

A un moment donné, il faut savoir ce que l'on veut. C'est évident que si les habitants d'Ile-de-France devaient m'accorder leur confiance, bien entendu, ça sera quelqu'un d'autre qui me remplacerait à la présidence de l'Assemblée nationale. 

"

Dans la journée, le premier secrétaire du Parti socialiste avait annoncé "travailler" à une candidature unique sans réellement s'avancer sur d'autres noms que celui de Claude Bartolone. Invité de LCP et France Info, Jean-Christophe Cambadélis expliquait avoir essayé de "convaincre Claude Bartolone". Il expliquait :

"

Il y a un processus de primaire. Moi je ne l'ai pas souhaité. J'ai pensé qu'il fallait une candidature unique et qu'il fallait travailler à celle -ci. [...] J'espère avoir un candidat sans passer par la primaire. Comme je travaille à cette solution, je ne vais pas m'exprimer. J'ai été de ceux qui ont essayé de convaincre Claude Bartolone. Pour l'instant il dit non, il dit non. Je ne désespère pas. J'insiste auprès de tous pour dire rassemblement.

"

Visiblement, le lobbying a fonctionné. 

Dans la foulée de sa déclaration, Claude Bartolone, qui rêvait de devenir le "roi des éléphants", a été soutenu par Benoît Hamon via Twitter :

Razzy Hammadi, député des Hauts-de-Seine et protégé de Claude Bartolone, a également soutenu l'initiative :



[Edit 7 mai]

Le lendemain de cette annonce, Marie-Pierre de la Gontrie a annoncé son ralliement à Claude Bartolone. Celle qui voulait affronter Jean-Paul Huchon - et qui avait eu le soutien de Claude Bartolone avant sa candidature de dernière minute - souhaite que le président de l'Assemblée nationale organise "la mise en ordre de marche des socialistes et l'élaboration de notre projet pour les franciliens" :

"

Claude Bartolone, président de l'Assemblée nationale, 4e personnage de l'Etat, s'est dit hier disponible pour mettre en œuvre ce rassemblement nécessaire à cette victoire de la gauche. Je souhaite que Claude Bartolone y parvienne et j'y participerai dès aujourd'hui avec conviction à ses côtés.

"

Jean-Paul Huchon a pour sa part déclaré qu'il allait prochainement rencontrer Claude Bartolone pour "permettre le rassemblement le plus large possible des socialistes franciliens", sans donner d'indication sur le maintien ou non de sa propre candidature.

Du rab sur le Lab

PlusPlus