Collomb, le premier supporter de Macron, compare "les chaises vides du PS" aux meetings remplis de l’ex-ministre

Publié à 12h17, le 21 septembre 2016 , Modifié à 12h17, le 21 septembre 2016

Collomb, le premier supporter de Macron, compare "les chaises vides du PS" aux meetings remplis de l’ex-ministre
© © JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP

#GAUCHEMORTE Pour Gérard Collomb, le Parti socialiste arrive à bout de souffle.  Et tanpis si "En marche !", le mouvement politique d’Emmanuel Macron, contribue à accélérer la fragmentation du parti, désormais partagé en plusieurs écuries présidentielles. Interviewé sur Radio Classique ce mercredi 21 septembre, le sénateur et maire (encore PS) de Lyon, premier supporter de l’ex-ministre de l’Economie, a comparé les meetings du PS à ceux d’Emmanuel Macron. Et il souligne un contraste flagrant selon lui :

 

"

"Aujourd’hui il y a une vraie chasse faite au Macron mais ça n’a aucune importance. Ce qui serait important pour le Parti socialiste, c’est d’être capable de mobiliser. Or quand moi je regarde les meetings qui sont tenus par le PS, les chaises sont vides. Lorsque je regarde les meetings tenus par Macron il y a des milliers de personnes qui se précipitent. Donc évidemment on voit bien les différences".

"

Et d’ajouter : "pour moi, la gauche vivante c’est Macron". Vivant, et prêt à en découdre. Gérard Collomb se dit en effet convaincu que l’ex-ministre de l’Economie va bien se présenter à la présidentielle. A la question du journaliste Guillaume Durand, "êtes-vous certain qu’Emmanuel Macron sera candidat à la présidence?", voici la réponse sans ambiguïté du maire de Lyon :

 

"

"Je le pense oui, il n’aurait pas fait tout ça simplement pour s’arrêter dans quelques jours".

"

Jusqu’à la démission du gouvernement d’Emmanuel Macron, certains responsables politiques, comme le député de Charente-Maritime Olivier Falorni, voyait en l’ex ministre un "rabatteur de voix du centre et un poisson-pilote" pour Hollande. Un argument balayé par Gérard Collomb. Qui s’avance même :

 

"

"Je pense que si Hollande n’est pas en position d’être candidat, il pourrait appeler à voter Macron car il y a quelque part un fils spirituel même s’il y a une brouille entre le père et les fils comme dans la vie. Le fils aujourd’hui suit son chemin, c’est une scène de la vie de tous les jours ce qu’il se passe entre François Hollande et Emmanuel Macron".

"

Du rab sur le Lab

PlusPlus